Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésRetour de la volatilité sur les marchés
Version imprimable

Retour de la volatilité sur les marchés

Finance

30.06.2020 , par Jamil Bouallai, gérant de fonds

La volatilité reste le maître-mot sur les marchés financiers en juin. Malgré l’éruption de tensions sociales vives aux Etats-Unis, les bourses ont affiché dans un premier temps une très forte progression. Si la tendance a longtemps été favorable aux actions dites de «qualité» et de «croissance», le début du mois fut marqué par le retour des actions cycliques. Ce changement de régime de marché se constate aussi à une échelle plus large : les actions européennes et des pays émergents surperforment les actions suisses et américaines par exemple.

En parallèle, les rendements obligataires à 10 ans augmentent rapidement et l’euro rebondit contre le franc. Si les indices des directeur d’achats manufacturiers ont signalé que le creux était franchi, ils n’indiquent toujours pas une reprise franche et dynamique de l’activité économique.

Ce sont les mesures monétaires et fiscales décrétées en Europe puis les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis qui ont permis ce regain de confiance : l’Allemagne annonce un plan de relance de 130 milliards d’euros comprenant de nombreuses mesures pour les ménages et les PME tandis que la Banque centrale européenne étend son programme d’achat lié à la pandémie de 600 milliards d’euros et le prolonge jusqu’à fin 2022. Pour couronner le tout, le chômage baisse aux Etats-Unis, où 2,5 millions d’emplois sont créés contre toute attente.

Zones d'ombre au tableau

Après ce début en fanfare, une forte correction ramène cependant les valorisations vers des niveaux plus raisonnables. A titre d’exemple, l’indice Eurostoxx 50 perd plus de 7% en seulement quatre sessions. Tous les actifs à risques reviennent vers leur niveau de départ sauf le crédit qui résiste mieux. Les commentaires accommodants de la Réserve fédérale américaine et la publication de chiffres économiques révélant une forte reprise de la consommation après la réouverture des magasins permettent ainsi aux marchés de retrouver leur équilibre. Un point continue cependant d’inquiéter : le nombre de cas d’infection au coronavirus accélère à nouveau dans des zones où la progression de la pandémie semblait être maîtrisée, comme à Pékin, en Floride ou au Texas.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut