La BCN Actualites et medias Actualités Le signal d’une récession? 

Le signal d’une récession? 

Economie

05.04.2022 , par Arnaud Chatagny, collaborateur Trésorerie & Négoce

De plus en plus préoccupés par l’augmentation généralisée des prix, les investisseurs ont récemment envoyé un signal inquiétant sur le marché obligataire américain en délaissant les obligations d’Etat de courte durée.

En effet, pour la première fois depuis 2006, le rendement du bon du Trésor à 5 ans a dépassé celui à 30 ans. Quelques jours plus tard, une situation similaire a eu lieu entre le rendement à 2 ans et celui à 10 ans. Ce phénomène ne s’est produit que trois fois en 21 ans. Peut-on toutefois percevoir cette inversion de la courbe des taux comme annonciateur d’une récession à moyen terme?

En temps normal, cette courbe des taux, qui représente les taux d’intérêts selon les différentes durées, est toujours croissante. En effet, à risque égal, les investisseurs attendent des rendements plus élevés pour les obligations ayant des échéances plus longues. Lorsque la courbe s’inverse, les investisseurs signalent qu’ils sont moins confiants dans la croissance économique à long terme. La courbe des taux est traditionnellement vue comme un indicateur avancé du cycle économique, et une inversion de celle-ci peut effectivement suggérer une récession, même si cela ne se produit pas dans tous les cas. 

Pour les Etats-Unis, il semble toutefois prématuré de parler de récession. La Réserve fédérale américaine table sur une croissance de 2,8% cette année en intégrant dans ses prévisions plusieurs hausses de ses taux directeurs. Aussi, les notes témoignant de la qualité de crédit des entreprises s’améliorent, et ce même dans le segment des obligations à haut rendement. Enfin, la situation sur le marché du travail reste tendue avec des inscriptions au chômage à des niveaux historiquement bas et une forte croissance des salaires. Selon une récente enquête, les dirigeants d’entreprises émettent d’ailleurs plus de craintes de ne pas pouvoir répondre à la demande plutôt qu’à une éventuelle dégradation des perspectives économiques. Il semble toutefois prudent de n’écarter aucun scénario compte tenu du contexte géopolitique actuellement très incertain.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.
 

 Vers le haut