Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésCoup de mou passager pour l’économie suisse
Version imprimable

Coup de mou passager pour l’économie suisse

Economie

24.09.2019 , par Stéphanie Guillod, conseillère Private Banking

Le Secrétariat d’Etat à l’économie suisse (Seco) a révisé à la baisse ses prévisions de croissance 2019 pour les ramener à 0,8%, contre 1,2% auparavant, selon un récent communiqué. L’institution identifie une première cause exogène classique en matière de croissance. La seconde, plus inattendue, est moins souvent évoquée dans les analyses économiques.

Premièrement, le ralentissement de la conjoncture helvétique est partiellement imputable à la faiblesse de l’économie allemande, elle-même fortement impactée par les réflexes protectionnistes apparus récemment dans diverses parties du monde. L’Allemagne absorbe près d’un cinquième de nos exportations, rendant les branches exportatrices de l’industrie suisse fortement tributaire de cette demande. Ainsi, le secteur des MEM (machines-outils, équipements et métaux) est tout particulièrement touché depuis le début de l’année : les commandes du secteur ont reculé de 12,5% au premier semestre !

Spécificité suisse

Deuxièmement, le groupe d’experts met en lumière un facteur spécifique à la Suisse. En effet, de nombreuses associations d’envergure mondiale, telles que la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), l'Union des Associations Européennes de Football (UEFA) ou le Comité International Olympique (CIO), siègent en Suisse. Or, en l’absence de grandes manifestations sportives internationales en 2019, ces organisations sont privées des revenus de licence conséquents, générés par ces évènements de masse. Pour les analystes, ce facteur joue un rôle non négligeable dans la formation du PIB, indépendamment des capacités économiques intrinsèques du pays. 

Toutefois, l’industrie suisse présente dans le même temps des signes encourageants puisque la vigueur du marché du travail parvient à corriger les effets du fléchissement économique : le taux de chômage est revenu à son niveau d’avant la crise de 2008 et le niveau de l’emploi continue de croitre. Ainsi, la synthèse de ces données amène les experts de la Confédération à estimer que la Suisse ne traverse qu’un creux conjoncturel avant que la croissance ne revienne à 1,7% dès 2020.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut