Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

Version imprimable

Cinquante nuances de vert

Finance

25.06.2019 , par Stéphane Paiva, conseiller Private Banking

Les questions liées à la durabilité et l’éthique constituent une thématique majeure actuellement: la jeunesse manifeste pour défendre le climat, les femmes ont fait grève pour défendre de meilleures conditions de travail et l’égalité, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur l’état de la planète et les partis écologiques gagnent du terrain. Le monde de la finance, contrairement aux préjugés, tente lui aussi de répondre à ces nouvelles tendances et défis sociétaux.

Historiquement, la finance se concentrait sur deux dimensions : le risque et la rentabilité. Il faut désormais y ajouter la prise en compte des critères dits ESG (pour environnement, social et gouvernance). Ceux-ci permettent d’évaluer l’exercice de la responsabilité des entreprises ainsi que leur impact environnemental et social.

Le thème de la durabilité n’est pas un engouement passager, mais une tendance solide et, à moyen terme, la plupart des solutions d’investissement actives intègrera des facteurs de durabilité. Le marché de niche devient ainsi un marché principal. Si l’on examine l’évolution en Suisse, on remarque d’ailleurs la forte hausse de la demande en solutions durables.

Acroissement de l'offre d'investissement

Comme avec les autres catégories de placement, il est possible de fixer des priorités avec les produits durables et d’ajuster individuellement le profil de risque. L’offre d’investissement socialement responsable est de plus en plus accessible et diversifiée avec de nombreux instruments et stratégies d’investissement: exclusion de certains secteurs, intégration des critères ESG, approche «best-in-class», investissement d’impact et thématique, obligations vertes ou encore microfinance. Il y a donc plusieurs déclinaisons de la finance durable avec une intensité différente selon les approches retenues.

Du point de vue des investisseurs, les placements durables permettent de répondre aux défis mondiaux, du changement climatique à la sécurité de l’approvisionnement, en passant par la mobilité durable. Quant à la performance, plusieurs études démontrent que les placements durables n’ont pas à rougir de leurs rendements et qu’ils permettent même une meilleure gestion du risque.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut