Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésSavimec s’offre un bâtiment pour assouvir sa passion de la mécanique
Version imprimable

Savimec s’offre un bâtiment pour assouvir sa passion de la mécanique

PME

07.07.2020 , par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

A l’étroit dans ses locaux, l’entreprise locloise a investi dans un espace de 1300 m2 à la Combe Girard. Le tour du propriétaire, avec Mike Cassanelli.

Mike Cassanelli arpente son nouveau bâtiment. Il détaille les modifications réalisées, comme cette gigantesque porte nécessaire au passage des machines. Il s’arrête et fait glisser sa main sur des «carcasses» de chaînes Hi-Fi, des parties mécaniques aux finitions haut de gamme, que propose ensuite un partenaire vaudois à des mélomanes coréens, chinois ou américains. Ces chaînes Hi-Fi continuent d’avoir du succès aujourd’hui, confirme le patron de Savimec au téléphone, alors qu’on l’avait visité juste avant le confinement. S’il a demandé un prêt Covid-19 «par prudence», cet optimiste espère bien pouvoir ne pas y toucher.   

Reprise de la société…
Pétri d’idées, le quadragénaire a acquis l’entreprise Savimec fin 2011. Courant 2019, il a acheté le bâtiment où l’entreprise avait loué des locaux par le passé. Suite à la réalisation d’importants travaux, des sols aux fenêtres, quelques mois après, la PME active dans la sous-traitance mécanique s’est installée à la Combe-Girard, au Locle. «Auparavant, nous louions des locaux pour la galvano en face, nous n’avions plus tout sur le même site, nous cherchions donc un nouvel espace. Notre première idée était alors de construire», se remémore le dirigeant.

… puis acquisition de bâtiment
Tournée de la promotion économique, vues sur Gampelen, puis permis de construire au Locle, arrivée des pelles mécaniques quand… Mike Cassanelli apprend la vente de cet immeuble de la Combe Girard, qu’il connaissait pour y avoir travaillé par le passé. L’affaire est conclue en seulement quelques jours avec une poignée de main. Six mois de stress et de travaux plus tard, l’entreprise Savimec s’installe dans son nouveau chez elle, dont la réception est joliment décorée. Malgré la crise du coronavirus, il ne regrette pas cette option d’achat: «D’un point de vue financier, les charges sont actuellement identiques.»

Flexibilité déterminante
Dans cette reprise immobilière, l’appui de la BCN a été déterminant. «Cette dernière m’avait déjà permis d’acquérir l’entreprise, une opération qui s’est déroulée sur plusieurs années, donc il me paraissait logique de poursuivre avec ce partenaire, relève le patron. Pour moi, ce qui compte, plus que le taux d’intérêt obtenu, c’est la connaissance de l’entreprise et la flexibilité.»
Une flexibilité primordiale quand les creux conjoncturels se font sentir. Comme en 2015 avec la suppression du taux plancher ou cette année, où la crise sanitaire inédite apporte son lot d’inconnues. 

Vers plus d’automatisation
Active dans de nombreux secteurs, du médical à l’électronique en passant par l’horlogerie ou les machines-outils, Savimec emploie actuellement une dizaine de collaborateurs. Elle a forgé sa réputation de longue date en proposant des produits finis de très haute qualité. Aujourd’hui, Mike Cassanelli mise sur une croissance qualitative. «Pour cela, nous devons rester concurrentiels du point de vue des prix, notamment en faisant évoluer le parc machines pour accroître l’automatisation.»

Fier de son nouvel espace de production, Mike Cassanelli, patron de Savimec, sait que pour rester concurrentiel à l’avenir, il devra continuer d’adapter son parc de machines.  

 

 

 Vers le haut