Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésRésistance face aux crises: la recette romande
Version imprimable

Résistance face aux crises: la recette romande

Economie

13.10.2021, par Elodie Aubert, créatrice de contenus économiques

La 14ème étude sur le PIB romand a été publiée ce mercredi par les six banques cantonales romandes, en collaboration avec l’Institut CREA d’économie appliquée de la Faculté des HEC de l’Université de Lausanne et le Forum des 100 du quotidien Le Temps.

Selon cette publication, l’économie romande est l’un des moteurs de la croissance suisse. De 2000 à 2020, la Suisse romande affiche une croissance de 44,6% à comparer avec une augmentation du produit intérieur brut (PIB) de 39,2% en Suisse. Le secteur tertiaire contribue à hauteur d’environ trois quarts à la hausse du PIB. En comparaison avec les autres régions helvétiques, elle est celle dans laquelle le plus d’emplois ont été créés.

En raison de la crise du Covid-19, le PIB romand a baissé de 2,3% en 2020 (estimé à -5,7% en été 2020), selon les dernières estimations du CREA. Ce recul est similaire à celui du PIB suisse (-2,5%) et moins profond que celui observé dans les principales économies développées. La résistance de l’économie romande s’explique par sa diversification et la capacité d’adaptation des entreprises. En outre, les aides massives des pouvoirs publics et des mesures de protection tendanciellement plus souples au fil des vagues de la pandémie ont également soutenu la conjoncture.

La reprise rigoureuse de l’économie est bénéfique à la Suisse romande, elle porte sur une hausse attendue du PIB de 2,8% en 2021 et de 4,2% l’an prochain.

Le retour des exportations horlogères

Avec le Jura, Neuchâtel constitue l’un des pôles manufacturiers de la Suisse romande. La nature de son tissu économique le rend sensible aux aléas de la conjoncture mondiale. La résistance de la chimie-pharma a cependant tempéré le recul du PIB en 2020, estimé à 4,3%. Avec la reprise, la croissance est attendue à 6,2% en 2021 et à 2,7% en 2022.

La population neuchâteloise a augmenté de 1,5% entre 2011 et 2020. Le taux de chômage (4,6% en 2020) est proche de la moyenne romande.

 Vers le haut