Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésNeuchâtel a besoin de Suisses
Version imprimable

Neuchâtel a besoin de Suisses

Economie

09.06.2020 , par Marie-Laure Chapatte, responsable du Pôle économique

La vague Covid-19 déferle sur le tourisme helvétique. Le manque à gagner se chiffre en milliards. Quelque 8,7 milliards de francs entre mars et juin, a estimé l’institut conjoncturel KOF. Des baisses de nuitées entre 20% (en montagne) et 50% (dans les grandes villes) sont attendues pour la saison estivale à venir. Alors, la résistance s’organise. La semaine dernière, l’organisation faîtière Suisse Tourisme a déployé les grands moyens, avec la campagne «J’ai besoin de Suisse», pour conquérir les vacanciers.

Cibles prioritaires: les hôtes locaux, dont je fais partie. Alors oui, je l’avoue, je rêvais d’Afrique pour cet été, de grands animaux et de sable chaud. Le séjour était planifié puis, face à l’incertitude liée à la pandémie, je me suis rappelée au bon souvenir de mon adolescence: Samnaun. Cet ancien paradis des contrebandiers, niché au fin fonds de l’Engadine dans les Grisons, à un sommet de l’Autriche, est devenu l’éden des randonneurs et des vététistes.  

Lacs, rivières et montagnes

Si le secteur touristique représente une part congrue du produit intérieur brut neuchâtelois, de l’ordre de 1%, il pourrait toutefois tirer profit de la situation pour mieux se positionner à l’avenir. Premièrement, le canton de Neuchâtel attire déjà traditionnellement une majorité de Suisses, soit 122'000 nuitées hôtelières helvètes sur les 230'000 enregistrées en 2019, selon les dernières données du Service de statistique. Deuxièmement, s’il compte des «blockbusters» comme le Creux du Van ou les gorges de l’Areuse, il allie également, à quelques encablures parfois et en toute harmonie, lacs, rivières et montagnes. Le point de vue de l’Escarpineau témoigne de ces panoramas d’exception.

Prestations offertes

Enfin, comme à Samnaun, le canton a un atout de choix: il remet une carte touristique offrant la gratuité des transports publics et l’accès à certaines prestations culturelles et de loisirs aux voyageurs séjournant au moins une nuit dans le canton. Reste ce défi de taille: inciter les voyageurs à rallonger leur séjour dans la région, alors que la bataille que vont se livrer les différentes régions touristiques dans les prochaines semaines va s’exacerber.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut