La BCN Actualites et medias Actualités Les temps changent, les chaines d’approvisionnement aussi

Les temps changent, les chaines d’approvisionnement aussi

Economie

14.06.2022 , par Jérémy Premand, conseiller Private Banking

Depuis la fin de la guerre froide, les chaînes d’approvisionnement mondiales ont bénéficié d’échanges pacifiques entre pays développés et pays émergents. De nombreux pays plus pauvres et moins développés, auparavant dirigés par des régimes communistes ou autocratiques, ont profité des nouveaux marchés du monde développé et ont utilisé le commerce mondial pour passer d’économies de subsistance à des économies prospères.

Certains de ces pays se sont développés en pays capitalistes et démocratiques (pays d’Europe de l’Est), tandis que d’autres gouvernements (Chine, Russie) ont exploité le système de marché libre pour profiter uniquement à ceux qui étaient déjà au pouvoir, en devenant suffisamment riches et puissants pour menacer le système même qui a permis leur ascension.

Le coût de production des biens dans les pays où la main-d’œuvre est bon marché, les réglementations environnementales laxistes dont la considération pour les ressources naturelles durables est moindre, ont permis au monde de jouir d’une prospérité et d’une paix sans précédent. Ces biens étaient si bon marché, qu’ils étaient logiquement produits en excès et ce stock de sécurité a permis de maîtriser l’inflation. Un exemple flagrant est le coût des téléviseurs ou des voitures qui a chuté au cours des dernières décennies malgré une nette amélioration de ces biens.

Tout cela s’est produit à une époque où les Etats-Unis étaient la seule superpuissance et sa seule attente de la part des autres nations était que le commerce ne soit pas entravé.

La fracture géopolitique qui s’est produite à la suite de la guerre en Ukraine, le vieillissement démographique, le conflit entre les objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et les chaînes d’approvisionnement optimisées, sont tous des facteurs qui risquent de perturber ces dernières au cours des prochaines années. En attendant que la robotisation et la réindustrialisation annoncées par certains grands pays développés ne soit réalité, les chaines d’approvisionnement seront beaucoup plus exposées aux chocs de l’offre et de la demande.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut