Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésLe calme entre deux tempêtes ?
Version imprimable

Le calme entre deux tempêtes ?

Economie

17.12.2019 , par Yann Constantin, responsable Trésorerie & Négoce

L’actualité de ce mois de décembre aura été riche avec des réunions de banques centrales, un accord commercial sino-américain, les élections en Grande-Bretagne et la plus grande entrée en bourse de l’histoire.

La Banque nationale suisse (BNS), la Banque centrale européenne (BCE) et la Réserve fédérale américaine (Fed) ont toutes laissé leurs taux inchangés comme prévu, mais certaines ont revu leurs perspectives de croissance et d’inflation à la baisse. En effet, la BNS ne prévoit qu’une inflation modeste de 0,4% en 2019, 0,1% en 2020 et 0,5% en 2021 et considère encore le franc comme hautement évalué. Ainsi, elle poursuivra une politique monétaire accommodante de taux négatifs et ses interventions sur le marché des changes. Le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) a d’ailleurs indiqué qu’il faudra attendre 2021 pour observer un redressement graduel de la conjoncture.

Taux à bon niveau

La BCE a de son côté abaissé ses prévisions de croissance à 1,1% pour 2020 et mentionné que les risques pour l’économie étaient orientés à la baisse en raison de la faiblesse du commerce international et des incertitudes pesant sur le domaine manufacturier. La Fed considère que les taux actuels sont désormais à leur bon niveau compte tenu des tensions commerciales et de la faiblesse de la croissance mondiale.
La bonne nouvelle est venue de la finalisation de la phase 1 de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis. La signature devrait intervenir début janvier et permettra une baisse des droits de douane que les deux pays s’imposent mutuellement. 

Brexit pour fin janvier

En Angleterre, la victoire de Boris Johnson lui permettra de faire voter le Parlement britannique avant Noël et d’activer le Brexit pour fin janvier comme promis avant les élections.
Pour terminer, la société pétrolière Aramco, propriété de l’Arabie saoudite, a été partiellement mise en bourse pour 1700 milliards de dollars, ce qui en fait la plus grande IPO de l’histoire.
En résumé, les prochaines semaines pourraient s’avérer un peu plus calmes sur le front de l’actualité mais 2020 s’annonce d’ores-et-déjà riche en rebondissements.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.
 

 Vers le haut