La BCN Actualites et medias Actualités La récession menace la zone euro

La récession menace la zone euro

Economie

30.08.2022 , par Arnaud Chatagny, collaborateur Trésorerie & Négoce

Les perspectives économiques continuent de s’assombrir et le spectre d’une récession imminente plane au-dessus de l’Europe. Selon les derniers indicateurs conjoncturels publiés, l’activité économique dans la zone euro s’est contractée pour le deuxième mois consécutif en août pour atteindre son niveau le plus bas depuis dix-huit mois.

Ce recul s’explique notamment par la forte ascension des prix, qui a conduit les entreprises ainsi que les consommateurs à diminuer leurs dépenses ainsi que leurs projets d’investissements.

Il faut dire que la tâche de l’institut européen s’annonce plus difficile que celle de son homologue américain. En effet, outre-Atlantique, l’économie montre des signes de résilience malgré les hausses de taux d’intérêt successives, alors que la situation en Europe est bien différente. En effet, même si les pays périphériques semblent mieux résister, la forte dépendance énergétique de l’Allemagne au gaz russe pénalise l’ensemble du bloc.

Des décisions au coup par coup

La marge de manœuvre semble donc être limitée pour la Banque centrale européenne (BCE) comme en atteste le compte-rendu de sa dernière réunion. Ses membres, jugeant que l’environnement actuel est hautement incertain, ont décidé d’adopter une communication plus souple sur la trajectoire future des taux directeurs en indiquant que les décisions seront prises réunion par réunion.

Symbole d’une économie à la peine, la monnaie unique s’est fortement dépréciée. Déjà bien ancrée en-dessous de la parité contre le franc, l’euro a inscrit un plus bas depuis janvier 2015 à 0,9550. Contre le billet vert, la devise européenne abandonne près de 15% depuis le début de l’année et évolue à un plus bas depuis 2002.

Il est indéniable que les actions entreprises par la BCE auront un impact sur la trajectoire conjoncturelle de la zone euro. Il apparait toutefois clairement que c’est surtout l’évolution du conflit en Ukraine ainsi que ses répercussions sur les prix de l’énergie qui détermineront une éventuelle entrée en récession sur le Vieux continent.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo. 

 Vers le haut