Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésVous avez vraiment dit «stagflation»?
Version imprimable

Vous avez vraiment dit «stagflation»?

Finance

26.10.2021, par Stéphane Paiva, conseiller Private Banking

Porté disparu du jargon économique, le mot stagflation réapparait dans de nombreux articles spécialisés.

L’expression stagflation – contraction de stagnation et inflation – décrit un environnement économique où la croissance réelle est faible alors que les prix ne cessent d’augmenter. Ceci entraîne une érosion du pouvoir d’achat et une contraction des marges bénéficiaires. Popularisé dans les années 70, quand l’embargo pétrolier a provoqué un choc négatif de l’offre et a fait dérailler la reprise, ce concept est plutôt synonyme d’heures sombres pour l’économie. Même si les niveaux macro-économiques actuels tracent un certain parallèle avec les années 70, la situation est fondamentalement différente.

Pas de récession

En effet, alors que la demande s’essoufflait dans les pays développés à la fin des Trente Glorieuses, aujourd’hui l’activité économique se normalise à des niveaux élevés. Après le pic de croissance post-pandémie (+5,9% attendu en 2021), le FMI prévoit une progression solide du produit intérieur brut mondial de 4,9% en 2022. Il s’agit d’un ralentissement, mais clairement pas d’une récession. Ainsi, la partie «stag» du terme stagflation ne correspond pas à notre réalité.

Il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton...

Toutefois, le rebond s’accompagne d’une hausse de l’inflation qu’il ne faut pas négliger. Cette dernière est liée à un choc positif de la demande dans un contexte d’offre temporairement restreinte en raison des confinements liés à la crise Covid. En effet, on ne redémarre pas l’économie mondiale en appuyant sur un bouton. D’ailleurs, les chaînes d’approvisionnement, globales et complexes, sont toujours plongées dans le chaos provoqué par le verrouillage de l’économie. Dans le même temps, alors que l’industrie était à l’arrêt, les gouvernements ont stimulé la demande et maintenu un niveau élevé de dépenses des ménages. Ce déséquilibre entre offre et demande provoque l’inflation actuelle.

En résumé, même si le dérapage de l’inflation semble voué à se prolonger quelque peu, il est encore trop tôt pour tirer la sonnette d’alarme sur la stagflation : le scénario macro-économique à court terme reste positif.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo. 

 Vers le haut