Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésUn été en or pour les métaux précieux
Version imprimable

Un été en or pour les métaux précieux

Finance

17.09.2019 , par Jonathan Lara Muñoz, collaborateur Trésorerie & Négoce

Le prix du métal jaune et de ses compères a suivi les températures estivales dans leur ascension. Une fois n’est pas coutume, l’actualité aura été soutenue avec le Brexit, le conflit sino-américain, les tensions à Hong-Kong ou les décisions des banques centrales. Cet été, les marchés boursiers ont tiré leur épingle du jeu et les métaux précieux en ont profité pour briller à nouveau.

En effet, depuis mi-juin, l’or a progressé de 8% et a touché un plus haut depuis 6 ans début septembre, à 1552 dollars l’once. L’aversion au risque, l’assouplissement de la politique monétaire par la Réserve fédérale américaine (Fed) et la volonté des investisseurs de diversifier leur portefeuille ont contribué à la hausse.

L’argent, malgré des données macro-économiques peu réjouissantes, a lui bénéficié des mouvements haussiers sur le métal jaune et s’est apprécié de 17%. A l’instar de l’or, il a profité des baisses de taux aux Etats-Unis et de la relative faiblesse du dollar. De plus, comme le rapport or/argent reste élevé, le second jouit d’un certain potentiel de rattrapage par rapport au premier et celui-ci pourrait s’accentuer si la conjoncture venait à se stabiliser.

Des prévisions favorables

L’avènement des automobiles électriques n’est plus une illusion. Le platine, grandement utilisé dans les véhicules diesel, souffre de cette tendance mondiale. Néanmoins, les investisseurs qui ont manqué la récente hausse de l’or se sont quand même tournés vers le platine et ont soutenu sa hausse, de 16% depuis mi-juin. Le palladium, tributaire de fondamentaux plutôt négatifs, n’a pas profité du contexte favorable des autres métaux et s’est uniquement apprécié de 4%.

Tant que les risques économiques et géopolitiques demeurent, les investisseurs devraient continuer à se tourner vers les métaux précieux. L’or devrait bénéficier à court terme des baisses de taux de la Fed, tout comme l’argent. Le platine et le palladium profiteront certainement des relances économiques dans le marché automobile chinois par Pékin.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut