Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésUn candidat s’il vous plait
Version imprimable

Un candidat s’il vous plait!

Economie

28.09.2021, par Stéphanie Guillod, responsable Private Banking Montagnes

Rarement dans leur histoire les entreprises américaines n’avaient eu autant de peine à recruter. Selon une récente étude, plus d’une société sur deux affirme être en manque de main-d’œuvre qualifiée.

Au-delà des difficultés rencontrées pour embaucher de nouveaux talents, il semble tout aussi difficile de les retenir : les taux de démission ont atteint des sommets et de nombreux employés sont partis après la pandémie, réussissant à prendre une retraite anticipée grâce à l'envolée des plans retraite en actions. Le manque de personnel s’ajoute ainsi aux nombreux problèmes d’approvisionnement auxquels les entreprises doivent faire face depuis la réouverture, poussant certaines d’entre-elles à diffuser les premiers avertissements sur résultats. Mardi dernier, le géant de la livraison de colis FedEx a ainsi revu à la baisse ses prévisions bénéficiaires pour l’année, citant des charges de personnel plus élevées, liées à un manque de personnel dans certains segments qui l'ont obligé à payer davantage d'heures supplémentaires.

Alors que le secteur privé intensifie ses efforts pour attirer de nouveaux travailleurs, en proposant notamment des salaires plus élevés ou des primes à l’engagement, il semble peu probable que plusieurs grandes entreprises puissent embaucher à leur guise simultanément. Aux États-Unis, il y a aujourd’hui plus de postes vacants que de personnes inscrites au chômage, et les travailleurs disponibles ne sont pas forcément fongibles. Ces derniers restent concentrés dans les branches les plus touchées par la pandémie, tels que l'hôtellerie et les compagnies aériennes et ne peuvent pas nécessairement combler les lacunes de compétences dans d'autres secteurs.

En conclusion, la pandémie aura aussi amené un changement de paradigme sur le marché du travail : alors que nous avions l’habitude d’entendre les travailleurs dire « donnez-nous un emploi », c’est au tour des entrepreneurs de clamer « donnez-nous un candidat ».

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut