La BCN Actualites et medias Actualités Salaires plutôt à la fête outre-Atlantique

Salaires plutôt à la fête outre-Atlantique

Economie

18.05.2021 , par Nicolas Schwaar, Conseiller Private Banking Montagnes

Pas de jour férié pour les employés des restaurants américains McDonald’s non franchisés jeudi dernier, mais ils ont néanmoins célébré, le même jour, l’ascension de leurs salaires.

Le groupe a annoncé des augmentations de 10% en moyenne, afin de faciliter la rétention d’employés et recruter 10'000 collaborateurs. Selon les Etats, les salaires d’entrée s’établiront désormais entre 11 et 17 dollars de l’heure, mais la majorité se situera toujours sous le seuil des 15 dollars exigés par les syndicats et accordés la même semaine par les restaurants Chipotle, le spécialiste de la cuisine tex-mex, dans l’espoir d’attirer 20'000 nouveaux employés.

La question des salaires n’est pas nouvelle pour les fast-food, mais ils semblent désormais résignés à satisfaire les demandes de travailleurs réticents à reprendre une activité peu rémunérée et risquée durant une crise sanitaire. D’autres alternatives se présentent à eux avec Amazon, par exemple, qui annonçait jeudi dernier, l’ouverture de 75'000 postes pour un salaire moyen de 17 dollars de l’heure.

Ces augmentations de salaire sont un nouveau signe des pressions inflationnistes aux Etats-Unis dues aux goulots d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement et au manque de main d’œuvre, alors que la demande rebondit avec la réouverture de l’économie. Plusieurs entreprises ont accusé les aides gouvernementales de freiner le retour au travail et certains Etats les ont partiellement retirées. Le débat sur les bas salaires est intense au congrès qui résiste à l’appel de l’administration Biden pour une augmentation du salaire minimum à 15 dollars par heure. Seuls les salaires des employés fédéraux ont atteint ce seuil par ordre exécutif.

La progression simultanée des prix et des salaires inquiète certains économistes qui y voient le risque d’une spirale inflationniste ; pour d’autres, il s’agit d’un phénomène temporaire. En avril, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont enregistré la hausse la plus forte de la dernière décennie.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.