La BCN Actualites et medias Actualités «Nous restons confiants pour l’implémentation de la QR-facture»

«Nous restons confiants pour l’implémentation de la QR-facture»

PME

24.03.2022 , par Elodie Aubert, créatrice de contenus économiques

La QR-facture n’est pas nouvelle, mais n’empêche pas une piqure de rappel. Introduite en juin 2020, elle succède aux bulletins de versements rouges et oranges (BV et BVR), dont la fin est programmée pour le 30 septembre 2022. 

A fin 2021, selon l'enquête de gfs.bern sur le remplacement des bulletins de versement, environ deux tiers des entreprises suisses se disaient confiantes pour finaliser, dans le temps imparti, leur migration de leur système de facturation. Alors, à quoi faut-il faire attention pour assurer au mieux cette migration? On fait le point avec Gilles Rod, responsable opérations à la BCN.

A la BCN, où en est la migration de la clientèle entreprise?

Gilles Rod : La BCN comptait plus de 45% de sa clientèle entreprise complétement opérationnelle en fin d’année dernière, c’est-à-dire capables d’émettre sur les deux canaux, la QR-facture, ainsi que les BVR, jusqu’à leur abolition à fin septembre 2022. 

Qu’est-ce qui freine la mise en place pour le 55% restant?

Il s’agit principalement de problèmes liés à l’achat de systèmes adéquats ou des clients qui ont sous-estimé l’implémentation de la QR-facture en souhaitant faire la migration de leur système de facturation par eux-mêmes. Niveau délai, à l’heure actuelle, les PME de taille moyenne sont déjà en train de faire les tests finaux d’implémentation.

Justement, que doivent mettre en place les entreprises et comment garantir le bon déroulement du processus de migration?

Il s’agit dans un premier temps, pour le client, de prendre contact avec sa banque et son partenaire logiciel. Même si le produit reste globalement le même, la coordination des tests entre la banque et le prestataire informatique n’est pas à lésiner. Tout dépend de la taille de l’entreprise, il faut compter plusieurs jours de tests pour s’assurer que le système informatique intégrant la QR-facture est compatible avec le système bancaire. 

A la BCN, nous avons souhaité accompagner autant que possible notre clientèle, et avons mis en place un vrai support pour accompagner au mieux le client dans ce changement, y compris via des tutoriels. Nous avons également accueilli un nouveau collaborateur exclusivement dédié à ce processus de migration, une réelle plus-value pour notre clientèle. 

Est-ce qu’il existe une disparité de migration au niveau des secteurs d’activité ?

Oui, le tertiaire s’est démarqué, c’est un secteur qui a l’habitude des processus digitalisés, ils ont indéniablement un coup d’avance. Les autres secteurs ont besoin de plus de formation, mais nous restons très confiants pour cette dernière ligne droite. A fin mars, il ne devrait rester que peu d’entreprises qui n’auraient pas encore finalisé leur migration à six mois de l’abolition des bulletins de versements.

Quelle est l’alternative à la QR-facture et quelles sont les différences d’implémentation ?

Les clients peuvent se tourner vers la solution eBill, paiement cash, Twint ou l’utilisation d’un simple IBAN, mais ces alternatives ne permettent pas une gestion automatisée des paiements entrants dans le système comptable des émetteurs de factures. Ils doivent pointer chaque paiement et réconcilier ceux-ci manuellement. Avec la QR-facture, le «matching» est automatique car tout est informatisé, nous sommes dans une réelle optimisation des processus qui permet un gain de temps et une limite drastique des erreurs.

En terme de différences d’implémentation, si nous prenons l’exemple de l’eBill, le client commercial doit prendre contact avec un partenaire réseau eBill et entreprendre les démarches pour la mise en place de ce système.

A quoi devront veiller les entreprises qui ont émis en début d’année des BVR mensuels?

Pour les paiements arrivant à échéance après le 30 septembre 2022, il en est de la responsabilité de l’entreprise de renvoyer des QR-factures, faute de quoi, ils ne recevront jamais les versements correspondants.

 

 Tout ce qu'il faut savoir sur la QR-facture


 

 Vers le haut