Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésMiser sur la valeur réelle des titres
Version imprimable

Miser sur la valeur réelle des titres

Finance

12.03.2019 , par Arielle Raemy, conseillère Private Banking

La stratégie d’investissement «value» consiste à rechercher plus particulièrement les entreprises dont le cours ne reflète pas leur valeur réelle, tant par leurs qualités intrinsèques qu’en comparaison de leurs concurrents.

Les amateurs de ce style de placement partent du constat que le cours de certaines actions réagit de manière excessive aux mauvaises nouvelles. Ainsi, l’investisseur cherchera à tirer profit des écarts de marché en anticipant une revalorisation du titre qui correspondra mieux aux données fondamentales de l’entreprise. Ces dernières se mesurent à l’aide de ratios comme la valeur boursière rapportée à l’actif net, le rapport cours / bénéfice ou la rentabilité des fonds propres.

Un indice «value» comprend principalement des entreprises matures, actives dans des secteurs traditionnels et offrant un rendement sur dividende intéressant à défaut de perspectives de croissance élevées. Ainsi défini, ce style d’investissement axé sur la valorisation peut sembler convenir à un investisseur au profil défensif. Or, cette description ne résiste pas à une analyse plus poussée des composantes de l’indice concerné: en effet, il regroupe notamment des valeurs bancaires, pétrolières et automobiles, soit des domaines actuellement malmenés par les investisseurs.

Discerner les entreprises

En outre, si la finalité de l’investissement consiste à déceler les titres d’entreprises sous-évaluées, le principal risque réside dans l’écueil d’une «value trap». Les trappes à valeur sont des titres fortement dépréciés présentant toutes les caractéristiques d’une opportunité d’achat, mais la décote peut toutefois être la conséquence d’une réelle médiocrité du modèle d’affaires, génératrice de nouvelles baisses de cours. Pour l’investisseur «value», la principale difficulté consiste donc à discerner les entreprises dont les perspectives de développement sont sévèrement compromises et naturellement décotées de celles qui disposent des ressources nécessaires pour adapter leur stratégie et permettre la revalorisation attendue.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut