La BCN Actualites et medias Actualités Les marchés financiers atteignent des sommets

Les marchés financiers atteignent des sommets

Finance

26.08.2021 , par Philippe Rollier & Stéphanie Guillod, responsables Private Banking

bcn actuatités - Montagnes russes

Montagnes russes des indices boursiers, interventions des banques centrales et des gouvernements, craintes relatives à l’inflation, voici la rétrospective des 18 derniers mois.

Après avoir été envoyées au tapis par le Covid-19, les bourses se sont rapidement relevées dans une reprise en V, dont le point le plus bas a été atteint le 23 mars 2020. L’indice S&P 500 a doublé en seulement 354 jours, enregistrant le rebond le plus rapide de l’histoire. Les marchés financiers ont atteint des records historiques. En Suisse par exemple, le SMI a franchi la barre des 12'000 points et flirté avec celle des 12’500.

Dans un premier temps, et face à la situation sanitaire inédite, ce sont les interventions extraordinaires des banques centrales et des gouvernements qui ont permis l’amorce d’une telle reprise. Les plans de relance étatiques successifs cumulent un total de plus de 14'000 milliards de dollars, du jamais vu ! La découverte et le déploiement des vaccins, ainsi que des résultats d’entreprises très satisfaisants, ont ensuite apporté un second souffle aux marchés. 

Record absolu pour le métal jaune

Au début de la pandémie, l’or a momentanément perdu sa notion de valeur refuge, les investisseurs délestant toutes les classes d’actifs pour faire face à un fort besoin de liquidités. L’or a ensuite repris sa place pour atteindre un record, en août 2020, à plus de 60’000 francs le kilo. La découverte des vaccins en novembre 2020 a toutefois permis un regain d’optimisme des investisseurs sur le marché des actions et a fait baissé le prix du métal jaune. Depuis début 2021, l’or n’affiche aucune réelle tendance.

Le grand écart des secteurs

Le marché suisse connaît de grandes divergences entre certains domaines d’activité. Le secteur des télécoms a très peu été affecté par la crise; le leader Swisscom, essentiellement dépendant du marché helvétique, progresse de 5,4% depuis début 2020 et n’a jamais baissé de plus de 22%. A l’inverse, la société Dufry, active dans les duty free des aéroports et fortement dépendante du tourisme, a chuté de 80% en mars 2020 et affiche actuellement toujours un recul de plus de 40% depuis début 2020.

Des divergences ont aussi été observées dans les fonds immobiliers, par exemple entre les biens à usage résidentiel et ceux à usage commercial. En effet, la crise du Covid et le développement du télétravail ont intensifié le désir de la population d’acquérir un bien pour améliorer sa qualité de vie. A l’opposé, les bureaux se sont vidés et les surfaces commerciales ont été pénalisées par les confinements et les nouvelles habitudes d’achat (e-commerce). Depuis le début de l’année, les fonds immobiliers suisses ont progressé de 7%.

Rassurantes vis-à-vis de l’inflation

La reprise économique fulgurante a entraîné une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs et des goulots d’étranglement dans de nombreuses chaines d’approvisionnement. Les délais de livraisons pour bon nombre de matières premières ont été rallongés, leur prix ont grimpé, entraînant des craintes liées à l’inflation. Au début de l’été, les banques centrales ont rassuré les marchés financiers en qualifiant cette inflation, certes élevée, de temporaire. Mission accomplie : regain de confiance chez les investisseurs pour les actifs plus risqués. Un resserrement trop rapide des conditions financières n’est plus à craindre de la part des investisseurs.