La BCN Actualites et medias Actualités Les crypto-monnaies en chute libre

Les crypto-monnaies en chute libre

Finance

21.06.2022 , par Gary Sapsford, conseiller Private Banking

Des nuages sombres n’ont cessé de s’accumuler au-dessus de la crypto-sphère ces derniers temps avec des cours qui décrochent brutalement. Depuis son plus haut, le Bitcoin a perdu plus de 70% de sa valeur. L’ensemble du marché des cryptos a lui été divisé par trois depuis novembre, passant d’un pic de 3’000 milliards de dollars à moins de 1’000 milliards aujourd’hui. Un choc pour les enthousiastes des crypto-monnaies.

Porté depuis de nombreuses années par l’argent spéculatif emprunté à très bon marché, ces monnaies numériques souffrent du retour de manivelle. Acculées par une inflation persistante, les banques centrales serrent la vis aux taux d'intérêt et privent les marchés de liquidités. En conséquence, la spéculation devient de plus en plus risquée, poussant les investisseurs à se retirer des placements les plus volatils comme les crypto-monnaies.  

En sus, ce marché a été déstabilisé par la débâcle de l’écosystème Terra Luna en mai. Ce projet, promu comme particulièrement sûr, était censé arrimer la valeur de la crypto-monnaie Luna au dollar. Il a failli à sa promesse, entraînant la chute inexorable de la Luna. Celle-ci ne vaut plus rien. Ce mois, un acteur central du prêt de crypto-monnaies, Celsius Network, a provoqué la panique en interdisant à ses clients de retirer l’argent de leur propre compte. Ce n’est pas tout. Coinbase, la plus grande plateforme américaine d’échange de crypto-monnaie, a averti qu’elle pourrait saisir les avoirs des clients si elle a besoin de se recapitaliser, exactement comme les banques chypriotes avaient ponctionné les comptes de leurs clients en 2013. Dans l’immédiat, elle a déjà annoncé supprimer 18% de ses effectifs.

Certains ont pensé que le risque systémique n’existait pas chez les cryptos, mais il se manifeste en ce moment, un peu comme lors du krach des subprimes. Finalement, après une telle correction, la question est de savoir s’il faut investir ou non dans ces actifs. Rien ne peut assurer que les cours vont remonter ni que la chute est terminée. Cependant, rappelons l’adage selon lequel on n’attrape pas un couteau qui tombe. 

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut