Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésLes bourses sabrent le champagne
Version imprimable

Les bourses sabrent le champagne

Finance

10.11.2020 , par Philippe Rollier, responsable Private Banking

L'euphorie post-électorale des bourses s'est poursuivie suite à l'annonce de Pfizer d'un vaccin "efficace à 90" contre le Covid-19, laissant augurer un retour à une activité normale pour de nombreuses entreprises.  

Les marchés boursiers ont affiché des gains solides la semaine dernière : l’indice américain S&P500 clôture en hausse de 7,6%. Il signe sa meilleure performance hebdomadaire depuis avril. Aucun doute : le résultat des élections américaines est au goût des investisseurs. Joe Biden sera nommé 46e président des Etats-Unis tandis que républicains et démocrates continueront probablement à se partager le contrôle du Congrès. Par le passé, un pouvoir divisé entre le Président et le Congrès a souvent été un résultat salué par les marchés, pour la simple raison que ce panorama empêche des changements politiques majeurs. Cette constellation politique a néanmoins aussi ses faiblesses. Par exemple, la mésentente entre les deux partis autour du nouveau paquet fiscal risque de durer encore plusieurs mois, au point d’affecter la reprise économique des Etats-Unis.

Retour aux fondamentaux

Une fois que les résultats des élections auront été intégrés, les investisseurs se reconcentreront sur les fondamentaux économiques. Sur ce point et compte tenu de l’évolution de la pandémie, la situation reste fragile et difficile à évaluer. Le confinement partiel en Europe pourrait bien devenir un scénario réaliste pour les Etats-Unis si les nouvelles infections augmentent aussi fortement que sur le Vieux Continent. Les investisseurs pourraient également se soucier de l'énorme dette accumulée par les gouvernements pour relancer leurs économies. Toutefois, tant que les taux d'intérêt resteront à des niveaux historiquement bas, cette préoccupation sera probablement reportée à plus tard.

Vaccin à l'horizon?

Un point positif et important tient au fait que la Réserve fédérale américaine et pratiquement toutes les autres banques centrales poursuivront une politique monétaire expansive. Sans oublier qu’il existe des espoirs qu'un ou plusieurs vaccins atténueront la situation sur le front de la pandémie courant 2021. Lundi, le géant américain Pfizer a d’ailleurs annoncé que son vaccin était «efficace à 90%» contre la Covid-19. L'action du groupe pharmaceutique a grimpé de 7,69%. Toutes les bourses s'envolaient sur cette nouvelle, sabrant une nouvelle fois le champagne.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut