La BCN Actualites et medias Actualités Le logement, une priorité qui a son prix

Le logement, une priorité qui a son prix

Economie

01.09.2021 , par Pedro Palomo, responsable Marché

Les nouveaux comportements adoptés par la population depuis le début de la crise sanitaire ont, pour la plupart, eu un impact sur l’habitat. Du télétravail aux loisirs, tout amène à reconsidérer les conditions de son logis. De nouvelles localisations, des surfaces plus spacieuses, des extérieurs paisibles, une approche plus écologique, les standards en matière de logement ont été réinterprétés en quelques mois.

Passablement de ménages ont profité de la période de confinement pour revoir l’aménagement intérieur de leur chez-soi. Ces nouveaux besoins ou envies ont par ailleurs poussé, principalement des familles, à chercher une autre habitation plus conforme à leurs attentes, que ce soit au travers d’un achat ou d’une location. Le segment locatif dans le canton de Neuchâtel a pu répondre facilement à la demande grâce à une offre suffisante, voire abondante par endroits.

Les biens en propriété ont pour leur part subi la loi du marché. La première vague pandémique a fortement encouragé les personnes à acquérir leur logement. Cette tendance a rapidement provoqué une hausse des prix. Si dans notre canton, le segment des appartements en PPE répond avec une certaine fluidité aux besoins, sans pour autant enrayer l’augmentation annuelle des prix,
le marché des villas n’arrive pas à satisfaire pleinement une demande en constante progression. Cet engouement, dont on pensait qu’il pouvait rapidement diminuer en cas de dégradation de l’économie et de l’emploi dans un contexte de crise, s’est au contraire renforcé avec un retour à la normale des activités et des perspectives conjoncturelles positives.

Depuis le début de cette année, la pression sur le prix des maisons s’est encore accentuée sur l’ensemble de notre territoire cantonal, comme l’a confirmé la publication récente de l’indice suisse des prix de l’immobilier résidentiel (IMPI) au deuxième trimestre 2021. Calculé par l’Office fédéral de la statistique, cet indice fait état d’une hausse des prix sur le plan national de 2,6% pour les maisons individuelles. Par rapport à ce même trimestre de l’année précédente, la progression moyenne a atteint 5,4%. Une telle tendance de marché génère habituellement des craintes quant à la création d’une bulle immobilière et un possible retournement des prix.

Alors qu’en est-t-il dans le canton de Neuchâtel? Selon la dernière étude immobilière de la BCN, l’évolution des prix depuis 2010 marque une progression de plus de 30% pour les maisons et de près de 40% sur les appartements en PPE. Ce renchérissement de l’immobilier résidentiel à propre usage ne place toutefois aucune de nos régions dans une zone «à risque». Dans les segments de la villa et de la propriété par étages PPE, notre canton réalise depuis quelques années un rattrapage sur les prix, à présent stimulé par les effets de la pandémie.
En comparaison à d’autres marchés romands ou limitrophes aux caractéristiques semblables, les valeurs dans nos diverses communes restent à des niveaux bien inférieurs. L’attractivité de notre canton est désormais reconnue.

Avec une conjoncture solide, des prix somme toute attrayants et des taux d’intérêts toujours très bas, la demande pour l’achat de résidences à propre usage va persister. Pour satisfaire celle-ci, alors que les terrains nus sont de plus en plus rares, les acteurs de l’immobilier développent de nouveaux concepts. Démolir de vieux immeubles pour reconstruire, diviser des parcelles déjà bâties pour mieux exploiter le potentiel foncier, réaffecter des surfaces de bureaux ou artisanales, agrandir les volumes existants, repenser les espaces intérieurs, chacun pourra y trouver son bonheur. Il ne reste plus qu’à en connaître le prix !

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.