La BCN Actualites et medias Actualités La transmission de Bernard Frei et Cie SA s’est faite grâce au dialogue

La transmission de Bernard Frei et Cie SA s’est faite grâce au dialogue

PME

15.11.2021 , par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

Se faire aider pour conserver l’équité et trouver une solution, voilà le conseil principal de la famille Frei. Deux des cinq enfants ont récemment racheté l’entreprise spécialisée dans la vente et la réparation de machines et engins à Fleurier.  

La famille Frei posent sur des machines de l'entreprise.

Un héritage ou une vente ? A quel prix ? Comment conserver l’équité dans la fratrie ? Comment extraire l’émotionnel et dialoguer ? Comment réaliser le montage financier ? Comment communiquer? Jusqu’où faut-il être transparent?
Voilà quelques questions parmi tant d’autres que s’est posée la famille Frei lorsque le papa Bernard (au centre sur la photo) a décidé de remettre son entreprise familiale à deux de ses cinq enfants. La passation s’est faite cet été, lors d’une petite cérémonie appréciée des quelque 40 collaborateurs que compte l’entreprise. 

Spécialisation dans les griffes à fourrage

Si elle est basée à Fleurier, l’entreprise Bernard Frei est connue dans toute la Suisse romande, où elle livre répare et assure la maintenance des machines destinée à faciliter le travail des ouvriers de chantiers, des agriculteurs ou des transporteurs. D’un garage agricole fondé en 1979, c’est notamment sa spécialisation dans les griffes à fourrage – ces engins suspendus dans les granges qui permettent par exemple aux agriculteurs de rentrer les foins - qui lui a permis de décoller. 
Aujourd’hui, elle vend plus de 150 machines (neuves et d’occasion) par année et elle a l’exclusivité d’importation romande pour six grandes marques, comme Manitou, le leader mondial du chariot télescopique. «Le secteur agricole représente un tiers de notre chiffre d’affaires, mais nous sommes aussi actifs dans l’industrie, pour les communes, etc.», détaille Emmanuel Frei, un des deux repreneurs (à gauche sur la photo). 

Ouverture imminente à Aigle

«Pour encore mieux couvrir la Suisse romande, nous avons ouvert un point de services à Perly, dans le canton de Genève, et nous allons bientôt nous implanter à Aigle, poursuit son frère Jonas (à droite sur la photo). Cette proximité est nécessaire car la différence se fait souvent sur la réactivité et la maintenance.» Donc la PME familiale neuchâteloise veut être proche de ses clients pour offrir cet accompagnement optimal.
Les deux trentenaires étant actifs dans la PME depuis de longues années – Jonas y a même réalisé son apprentissage – la question de la reprise de l’affaire a déjà été soulevée en 2015-2016. «Mais il faut énormément de discussions pour faire mûrir une telle décision», sourit Emmanuel Frei. «Du fait que j’avais d’autres enfants non impliqués, je voulais absolument conserver un esprit d’équité, je ne voulais pas qu’il y ait de perdants, ni de frustrations qui rejaillissent plus tard», relève le fondateur de la société. 

L'appel à un externe

Autour de la table, tous sont d’accord sur ce point : au regard de l’enjeu – et on ne parle pas que de finances ici - l’appel à une ressource externe s’est révélée déterminante. «Mon conseil? Il faut mettre l’émotionnel de côté et se faire aider, insiste Emmanuel Frei. Grâce à la BCN et à d’autres partenaires spécialisés, par exemple dans la fiscalité, nous avons pu réaliser un montage financier parfaitement adapté qui tienne la route.»
L’entreprise a donc été vendue aux deux frères à parts égales et le montant de la transaction est connu de tous les membres de la famille. «Ce n’est pas un cadeau, mais bien une acquisition, insiste le patriarche, désormais salarié de l’entreprise à 60%. J’avais besoin d’un retrait en douceur.»
Si les premières discussions ont pris des années, dès l’intervention d’un tiers, c’est en neuf mois que la transaction a été réalisée. Une convention d’associés a été rédigée et la répartition des rôles entre Emmanuel (chef de vente, direction générale, etc.) et Jonas (infrastructures, bâtiments, développement des succursales, etc.) déterminée dans la description de la gouvernance. 

A l'affût des nouveautés


Déjà habitués à prendre des décisions pour l’entreprise, les jeunes patrons entendent poursuivre le développement de l’entreprise de Fleurier. «Les services sont déterminants, nous devons par exemple proposer des développements spécifiques pour certains clients, souffle Emmanuel Frei, tout en restant à l’affût des nouveautés liées à l’électrification des machines par exemple.»
 

 Vers le haut