Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

Version imprimable

La ruée vers le Sud

Economie

29.06.2021, par Arielle Raemy Schwab, collaboratrice Asset Management

Après des mois de restrictions de voyage, les vacances d’été sont enfin arrivées, mais risquent de faire mal au porte-monnaie. Les loueurs de voiture durement touchés par la crise qui ont réduit drastiquement leur flotte de véhicules font maintenant face à une demande insatiable, un phénomène que nous avions déjà observé outre-Atlantique avec la saga du loueur Hertz.

Cette explosion des prix est encore plus impressionnante que prévue en Europe. Le site de comparaison Check24 rapporte, par exemple, que les prix des locations ont triplé en Sicile, à Majorque ou encore à Ibiza.

Faute de puces électroniques, les constructeurs automobiles ne peuvent toujours pas reprendre une cadence de production normale. Si certains loueurs se tournent vers le marché de l’occasion pour se réapprovisionner, d’autres, tels que le leader Europcar, déplacent leur flotte du nord au sud de l’Europe. Il ne sera donc pas rare de louer une voiture avec des plaques allemandes dans le sud de l’Italie. La mauvaise, puis bonne fortune des loueurs, est une parfaite illustration de la reprise économique fulgurante qui a suivi le choc de la pandémie.

L’exemple d’Europcar est frappant : après avoir vu son chiffre d’affaire plonger de plus de 40%, le groupe a restructuré son capital, passant sous le contrôle de ses créditeurs, un groupe de fonds spéculatifs qui ont eu du flair en achetant les obligations à 40% de leur valeur nominale. Le pari a vite payé grâce à l’abandon des politiques de confinement juste à temps pour l’été. Quelques mois seulement après cette restructuration, le groupe Europcar s’est ainsi permis de refuser l’offre de reprise de 2,2 milliards d’euros par Volkswagen la semaine dernière. Les enchères sont donc ouvertes et ce dernier peut se mordre les doigts d’avoir été trop hésitant l’été passé. En effet, le constructeur allemand songeait déjà à acquérir le leader européen de la location, pour une fraction de la capitalisation actuelle.

N’attendez donc pas la dernière minute pour effectuer votre réservation ou bien tentez l’expérience de l’auto-partage entre particuliers !

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut