La BCN Actualites et medias Actualités La Fed joue les trouble-fête

La Fed joue les trouble-fête

Finance

20.01.2022 , par Jérémy Premand, conseiller Private Banking

La semaine dernière, les bourses ont été marquées par une hausse de la volatilité. Les indices américains et européens ont enregistré des pertes allant de 0,3% à 0,8%. L’indice SMI a quant à lui terminé lanterne rouge (-2,1%), pénalisé par ses poids lourds Roche (-3,2%) et Nestlé (-2,9%).

Les propos tenus par certains responsables de la Réserve fédérale américaine (Fed) la semaine dernière ont ravivé les craintes liées à la remontée des taux d'intérêt et à l'inflation. Auditionnée devant le Sénat américain jeudi dernier, la vice-présidente de la Fed, Lael Brainard, a affirmé que le contrôle de l'inflation était la mission «la plus importante» à laquelle fait face actuellement l’institution. Deux jours plus tôt, le président Jerome Powell avait lui aussi évoqué la lutte contre l'inflation, assurant que l'institution monétaire disposait des outils pour contrôler la hausse des prix, en relevant ses taux directeurs et en commençant à réduire son bilan obligataire. La progression des prix a atteint 7% sur un an en décembre aux Etats-Unis, un plus haut depuis 1982!

Rythme de hausse plus rapide

Dans ce contexte, les acteurs du marché ont relevé leurs attentes concernant le rythme de hausse de taux aux Etats-Unis. La banque Goldman Sachs table désormais sur quatre relèvements de taux de la Fed cette année, contre trois auparavant. Ces prévisions sont conformes aux anticipations de l’ensemble du marché. Les contrats à terme sur les fonds fédéraux (Fed Funds Futures) indiquent que le premier tour de vis de la Fed sera réalisé en mars, et escomptent avec une probabilité de 50% une quatrième augmentation des taux d'ici à décembre.

Effets du variant?

Les prochains jours donneront probablement encore du fil à retordre aux investisseurs. En plus de l’inflation et de la politique monétaire, ces derniers devront se concentrer sur les résultats du quatrième trimestre, qui révéleront les premiers effets du variant Omicron sur les affaires. En Suisse, Sika, Geberit et Partners Group ont ouvert le bal la semaine dernière en publiant des résultats solides, sans pour autant donner une impulsion positive à leurs actions.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo. 

 

 Vers le haut