Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualités«La BCN a la ferme volonté d’accompagner les PME durant cette phase difficile»
Version imprimable

«La BCN a la ferme volonté d’accompagner les PME durant cette phase difficile»

PME

06.04.2020 , par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

Plus que jamais, la BCN veut être aux côtés des entrepreneurs neuchâtelois qui traversent une crise inédite. Pedro Palomo, responsable Marché, revient sur les prêts «COVID-19» et sur la nécessité d’assurer la continuité du savoir-faire pour permettre ensuite un redémarrage des activités. Entretien. 

La BCN participe pleinement au programme fédéral d’aides pour les PME. Combien de demandes avez-vous reçu jusqu’à présent?
Pedro Palomo : Au travers de ce programme, la BCN s’inscrit pleinement dans sa mission de soutien du tissu économique cantonal. Dès l’entrée en vigueur de ce programme, les demandes ont afflué. Ce lundi 6 avril, la banque avait reçu plus de 800 demandes de crédits pour un total de prêts octroyés dépassant les 100 millions de francs. Pour les traiter, la BCN a déployé d’importantes ressources humaines afin de mettre très rapidement à disposition des clients les liquidités dont ils avaient besoin.
Ces mesures de soutien étaient très attendues par les entreprises qui ont subi un fort ralentissement, voire pour certaines d’entre elles, un arrêt total de leurs activités.
              
Le système mis en place est-il relativement simple à gérer pour la banque?
Les mesures prises par le Conseil Fédéral visaient à apporter un soutien rapide et sans formalités excessives aux entreprises qui avaient des besoins urgents en trésorerie. La BCN a mis en place les processus adaptés pour répondre de manière simple et efficace aux besoins des entreprises.

Jusqu’à quand ces demandes de prêts peuvent-elles être faites?
Les entreprises disposent encore d’un certain temps pour mesurer les effets de cette crise liée au COVID-19 sur leur exploitation. Les demandes de crédit selon l’ordonnance fédérale pourront ainsi être déposées auprès des établissements participant au programme jusqu’au 31 juillet 2020.

Face à cette crise profonde, quel est l’état d’esprit des entrepreneurs que vous avez au bout du fil?
Je dirais que malgré la tornade qui s’abat sur eux, ils se montrent combattifs. Dans un premier temps et de manière générale, après l’incertitude, ils sont soulagés de pouvoir disposer rapidement de liquidités pour couvrir des besoins extrêmement urgents. Dans un deuxième temps, cela leur permet de planifier la suite de leur activité commerciale, même si la situation actuelle rend difficile toute prévision à court/moyen terme.

Certains estiment que ces prêts ne font que repousser l’échéance, que leur répondez-vous?
Ces prêts sont accordés à des conditions très avantageuses, soit à un taux de 0% jusqu’à 500'000 francs et de 0,50% sur les montants supérieurs. Par ailleurs, le délai de 5 ans défini pour le remboursement des avances est censé donner aux entreprises un laps de temps suffisant pour se récupérer des effets de cette crise. Cet instrument de crédits vient en outre compléter un train de mesures arrêté par la Confédération, telles que les RHT, les allocations pour pertes de gain, les reports du versement des contributions aux assurances sociales, divers impôts et la TVA. Mais face à cette crise totalement inédite, nous entendons également que certains entrepreneurs attendent encore d’autres mesures. 

Et pratiquement, la BCN continue-t-elle à offrir l’ensemble des services, notamment pour les entreprises?
Plus que jamais! La BCN a la ferme volonté d’accompagner les PME durant cette phase difficile puis, par la suite, durant toute la période de redémarrage. Malgré les incertitudes économiques, la BCN est consciente de l’importance pour les entreprises de relancer, dès la reprise des activités, leurs programmes de recherche et de développement et de maintenir un appareil de production performant. Les processus de transmission d’entreprises doivent par ailleurs se poursuivre afin de permettre leur dénouement à la sortie de cette crise. L’objectif pour notre tissu économique est d’assurer la continuité du savoir-faire et de la vie de nos entreprises.   

 

 Vers le haut