Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésIseotec veut dessiner le futur de l’industrie
Version imprimable

Iseotec veut dessiner le futur de l’industrie

PME

12.05.2021, par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

Emeric Chopard, directeur d'Iseotec

Depuis son déménagement au cœur du Sentier à La Chaux-de-Fonds, l’expert dans la conception et l’usinage de pièces de haute précision voit sa croissance s’accélérer. Covid ou non, les ambitions restent intactes. Rencontre avec son jeune directeur, Emeric Chopard.

Emeric Chopard a 28 ans, la tête plus que sur les épaules, et une vocation, celle d’être entrepreneur. «J’aime fédérer les équipes autour de valeurs communes, j’aime le commerce, la stratégie, la prise de risque, même si cette dernière doit être calculée… » Pas de doute, à l’écouter parler dans ses locaux, à La Chaux-de-Fonds, la passion anime ce jeune dirigeant.

Repartir d’un hangar

En 2007, son père fonde avec un partenaire Iseotec, une spin-off de la société Ismeca, entreprise active dans l’industrie mondiale du semi-conducteur. La jeune société, qui réalise, elle, des composants de haute précision pour diverses industries, connaît toutefois un coup dur vers 2010. Emeric Chopard entre ensuite dans la danse vers 2014 et Iseotec vit un nouveau départ, d’un hangar, à deux. Il faut d’abord reconstruire, racheter des machines, structurer la société puis, la vision de développement se concrétise par le déménagement d’Iseotec dans le bâtiment des «Industriels du Sentier» en 2019.

«Nous avons désormais un outil de production entièrement automatisé. Nos 17 machines CNC tournent 20 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et face à la concurrence, il faut être plus compétitif et plus réactif», glisse l’entrepreneur. La maîtrise des charges, l’investissement dans le parc machines et également dans la recherche et développement permet à Iseotec d’être une force de proposition pour ses clients et de rivaliser avec ses concurrents. La machine à croissance est en marche.

Des opportunités de reprise ?

L’an dernier, la PME chaux-de-fonnière n’a pas arrêté sa production, même au plus fort de la crise Covid. Elle a ainsi vu son chiffre d’affaires progresser de 40% et maintenu un bon niveau de rentabilité. Le prêt Covid qu’elle avait demandé par précaution a été rapidement rendu en raison du frein à l’investissement qui était initialement associé à cet outil de financement.

«La BCN nous accompagne dans toutes ces étapes de l’entreprise et plus le temps s’écoule, plus les besoins en financement sont grands », poursuit le directeur. Pense-t-il déjà à une croissance externe pour sa PME, qui compte désormais 14 collaborateurs ? «Nous restons à l’écoute, la crise actuelle offrira peut-être des opportunités de reprise», confie-t-il.

Qualité, qualité et qualité

Derrière la vitre, les machines tournent et usinent des pièces pour l’horlogerie, par exemple des boites de montre ou des fermoirs, mais également pour l’industrie du luxe et le secteur médical, une diversification appelée à s’accélérer. Le temps de fabrication d’une pièce varie de 2 à 45 minutes. Le résultat se résume en un mot : qualité.

«Les exigences de nos clients sont très élevées. Nous sommes certifiés ISO 9001 et travaillons encore sur la structuration de l’entreprise. Nos locaux modernes renvoient l’image de notre savoir-faire et nous permettent d’appréhender nos prochains développements avec sérénité», se félicite Emeric Chopard. Pourtant, en réalisant la visite de cette PME, les mille mètres carrés de surface à disposition semblent déjà bien remplis… «En ce début d’année, notre croissance atteint les 70%, alors c’est vrai qu’à cette allure, ça va vite», acquiesce le directeur.

 Vers le haut