Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésDes marchés de plus en plus verts
Version imprimable

Des marchés de plus en plus verts

Finance

29.01.2020 , par Michelle Monnier, conseillère Private Banking

La vague verte n’a pas seulement bouleversé le paysage politique. Elle déferle aussi sur la finance. Les investisseurs s’interrogent ainsi sur leur impact, comme en témoigne la popularité croissante des investissements durables. Ils prennent désormais en compte des critères de durabilité dans leur décision afin de générer de la performance et non plus comme un compromis sur l’analyse financière.

Récemment, le géant américain BlackRock a surpris la planète finance en annonçant évaluer les risques ESG (environnement, social et gouvernance) avec la même rigueur que les mesures traditionnelles telles que la liquidité ou le risque de crédit. Cette décision du plus gros gérant d’actifs au monde (près de 7000 milliards de dollars sous gestion) montre que l’investissement durable se développe aussi aux Etats-Unis alors que les gérants d’actifs européens ont pris de l’avance dans le domaine. La décision du fonds de pension du gouvernement Japonais (le plus gros au monde) de ne pas attribuer de nouveaux mandats aux gérants manquant de qualifications dans l’investissement durable confirme la tendance.

Marchés européens précurseurs

Les banques centrales, dont on connaît l’influence sur les conditions de marché notamment avec les mesures extraordinaires d’assouplissement monétaires prises les dernières années, se penchent aussi sur la question. Là encore, les Européens sont précurseurs, notamment à la Banque Centrale Européenne, où la nouvelle présidente Christine Lagarde souhaite inclure les considérations climatiques dans la prochaine revue de la politique monétaire.

Beaucoup d’investisseurs ont donc commencé à s’interroger sur l’action à suivre et si les «investissements verts» peuvent davantage délivrer une performance «dans le vert».

Il ne s’agit plus de sacrifier de la performance sur l’autel de la durabilité, mais d’intégrer ces critères dans l’ensemble du processus d’investissement. Pour cela, chers investisseurs, demandez un rapport de durabilité à votre établissement bancaire!

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut