Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésCovid-19 lance un défi à l’immobilier
Version imprimable

Covid-19 lance un défi à l’immobilier

Finance

18.08.2020 , par Gary Sapsford, conseiller Private Banking

La forte poussée des cours observée entre mi-mars et mai a permis aux fonds immobiliers cotés à la bourse suisse de combler une bonne partie de la baisse subie en début d’année. Ensuite, les cours ont connu une évolution modérée et ce malgré la reprise économique et le retour à l’optimisme sur les marchés financiers. Deux facteurs pourraient être à l’origine de cette perte de vigueur.

D’une part, les augmentations de capital annoncées par certains fonds immobiliers pourraient avoir pesé sur le cours de parts en circulation. D’autre part, le scepticisme des investisseurs quant aux conséquences structurelles de la crise Covid-19 s’est traduit par une large sous-performance de la plupart des fonds immobiliers à usage commercial. En effet, la crise sanitaire et économique actuelle ne fait qu’accélérer le processus de numérisation de notre mode de vie. Bien que le recours au télétravail et la montée en puissance du commerce en ligne ne représente pas en soi un véritable bouleversement, l’ère du digital aura un impact durable sur la demande de surfaces de bureau et de ventes.

Prévision sur la demande de logements
A l’opposé, certains segments pourraient faire l’objet d’une demande accrue, comme les logements par exemple, en prévision justement d’une augmentation du travail à domicile. Vu sous cet angle, l’indice des fonds immobilier SWIIT, dans lequel plus de la moitié des recettes locatives proviennent des espaces à usage résidentiel, devrait se montrer relativement résilient face à la dynamique du home office et de l’e-commerce.

Classe d’actif attractive
En outre, les investissements immobiliers profitent aussi de la crise actuelle en raison du niveau relativement bas des taux d’intérêt. En effet, avec la politique monétaire expansionniste menée à l’échelle mondiale, l’univers de placements «sûrs» et offrant un rendement attractif a encore diminué. Avec un rendement sur dividende moyen supérieur à 2%, cette classe d’actif reste donc intéressante, en particulier aux yeux des caisses de pension en quête de rendements.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut