La BCN Actualites et medias Actualités Comment éviter le gaspillage alimentaire?

Comment éviter le gaspillage alimentaire?

BCN

01.09.2022 , par Charlotte Nater, spécialiste Marketing

L’alimentation a un impact considérable sur l’environnement. En Suisse, elle représente 28% de la charge environnementale générée par la population, devant le logement et la mobilité.

Le gaspillage représente à lui seul un quart de l’empreinte totale du système alimentaire. En effet, la consommation alimentaire en Suisse génère 2,8 millions de tonnes de déchets chaque année.

Chaque geste compte

Pas loin de 40% de l’impact environnemental des pertes alimentaires est généré par les ménages. En sus des questions énergétiques, cela coûte plus de 600 francs par personne chaque année. Il est du ressort de chacun d’agir pour réduire ses déchets et, par la même occasion,  faire des économies. Voici quelques idées à piquer. 

Faire ses achats judicieusement

Pour commencer, avant de faire vos achats, vérifiez toujours ce que vous avez encore chez vous. Cela peut paraître évident mais ce simple rituel vous permettra d’acheter uniquement ce dont vous avez réellement besoin. De plus, créez un plan de menus hebdomadaire, vous gagnerez du temps et pourrez planifier vos courses de manière optimale. Une fois ces deux étapes effectuées, vous serez à même de rédiger la précieuse liste de courses indispensable à vos achats. 

Vous trouverez sur internet de nombreux modèles de liste de courses et de plan de repas hebdomadaire pour vous aider. Vous pouvez également télécharger une application directement sur votre portable, il en existe des dizaines, telles que Bring! ou Listonic.

De plus, pour acheter de manière plus durable, préférez les produits régionaux. Ceux-ci nécessitent un transport plus court et ont donc un impact moindre sur l’environnement. Consommer des produits de saison, en plus d’éviter leur importation, permet de varier votre alimentation.

 Fruits et légumes de saison

 

Utiliser ses sens

Dix pourcent du gaspillage alimentaire provient des denrées jetées en raison du dépassement de la date de péremption.

Rappelons qu’il existe deux types de dates de durée de conservation. La première, la date limite de consommation (à consommer jusqu’au), indique le moment jusqu’au quel un aliment peut être consommé sans risque. Au-delà de cette date, il est préférable de jeter le produit, idéalement dans les biodéchets. C’est le cas notamment de denrées facilement périssables comme la viande.

Quant à la date de durée de conservation minimale (à consommer de préférence avant fin), elle n’est en fait qu’une simple promesse du fabricant qui garantit 100% de la qualité jusqu’à ce moment-là. Mais passé cette date, la plupart des produits sont encore comestibles pendant longtemps, à l’image du chocolat.

Lorsque la date de conservation minimale est dépassée, utilisez vos sens pour déterminer si l’aliment en question est encore mangeable. Si tout vous semble normal, alors consommez-le sans hésiter. En revanche, si vous constatez des changements notables de couleur, de consistance, d’odeur ou de goût, alors vous devrez malheureusement le jeter.

Faire preuve de créativité

Vous pouvez facilement prolonger la durée de vie de vos denrées alimentaires fraîches qui ont évidemment une durée de vie limitée. Vous pouvez par exemple les congeler, les blanchir, les sécher ou encore les mettre en saumure ou en conserve.

Une banane tachetée, votre reste de pâtes d’hier ou encore une courgette ratatinée, il suffit d’un peu d’imagination pour transformer vos aliments vieillissants en de nouveaux plats appétissants. De nombreux sites web regorgent d’idées de recettes pour vous inspirer, comme le blog de  savefood.ch.

Retrouvez nos éco-conseils sur notre la page RSE, ainsi que sur Facebook (BCN Soutien) et Instagram (@bcnsoutien).

 Vers le haut