Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésBourses mondiales non synchrones
Version imprimable

Bourses mondiales non synchrones

Finance

04.09.2018 , par Jean-Marie Lechine, conseiller Private Banking

Les écarts de croissance entre les diverses régions se sont accentués ces derniers mois, ce qui laisse sous-entendre la fin de la reprise économique synchrone.

Alors que les Etats-Unis continuent d'afficher une croissance supérieure à leur potentiel, l’expansion en zone euro commence à marquer le pas. Quant aux économies émergentes, elles ont connu un ralentissement économique modéré pour la plupart, mais important dans certaines régions comme l’Argentine ou la Turquie. L'économie mondiale reste néanmoins en bonne santé, la dynamique des bénéfices des sociétés est intacte et le moral des entreprises se maintient à des niveaux élevés. Toutefois, les tensions commerciales préoccupent. La récente rencontre entre la Chine et les Etats-Unis n’a pas offert de résultats concrets, même si les deux parties ont convenu de rester en contact pour un futur accord. Cependant, le temps est compté car les Etats-Unis menacent déjà d'imposer des droits de douane sur d'autres importations chinoises pour un montant de 200 milliards de dollars. Celles-ci pourraient entrer en vigueur fin septembre ou début octobre.

Devises émergentes plombées

Le durcissement de la politique monétaire en cours aux Etats-Unis – une nouvelle hausse de taux en septembre est quasi certaine –, associé à la situation délicate en Turquie, a eu pour effet de plomber la majorité des devises émergentes. Les investisseurs ont privilégié les valeurs refuges comme le franc ou le yen. En revanche, l’euro a été affecté par les risques de dérives budgétaires en Italie et par les faibles données conjoncturelles en provenance de la zone euro. 

Record du Nasdaq

Globalement, les bourses ont progressé en août, avec toutefois de fortes disparités régionales. Les marchés américains ont signé de nouveaux records à l’instar de l’indice Nasdaq qui a franchi le seuil des 8000 points pour la première fois de son histoire. En Europe et en Asie par contre, les reculs ont parfois été virulents. Sur le plan sectoriel, les actions de l’énergie ont souffert de la baisse momentanée des cours pétroliers, tandis que les valeurs technologiques ont affiché les meilleures performances, soutenues par la publication d’excellents résultats semestriels.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 

 Vers le haut