Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

Image banniere
La BCNActualités et médiasActualitésBientôt «game over» pour les consoles de jeu?
Version imprimable

Bientôt «game over» pour les consoles de jeu?

Economie

28.05.2019 , par Olivier Boinay, conseiller Private Banking

Le succès des jeux en ligne, appelés aussi cloud gaming, bouleverse le marché traditionnel des jeux vidéo. Dès lors, quelles sont les pistes privilégées qui se dessinent sur ce marché? Entrons dans la partie.

En effet, la technologie du streaming permet de jouer à un jeu vidéo sur n’importe quel support, sans devoir ni se le procurer physiquement ni le télécharger. Ainsi, l’achat d’une console n’est plus une nécessité, puisque les jeux sont stockés sur des serveurs superpuissants, à l’image de Netflix pour les films et séries, ou de Spotify pour la musique.

Aujourd’hui, plusieurs poids lourds technologiques cherchent à se positionner dans cette nouvelle ère du jeu. En mars, Google a annoncé son entrée sur le marché des jeux vidéo avec sa propre plateforme de jeux en streaming par abonnement, nommée Stadia. Peu après, c’était au tour d’Apple de communiquer sur son prochain service de jeux haut de gamme, Arcade. Amazon, en revanche, n’a pas encore pris le pari du cloud gaming, mais semblerait toutefois préparer une offensive importante, au même titre que le numéro un mondial du secteur, le géant chinois Tencent.

L’engouement pour la dématérialisation des jeux vidéo représente une menace sérieuse pour les fabricants de consoles de jeux tels que Sony et Microsoft. Ces derniers ont bien compris que le scénario qui rendrait leurs consoles obsolètes n’est pas fictif. C’est pourquoi ils ont récemment annoncé une coopération inattendue dans le domaine du cloud gaming.

Au stade embryonnaire

Si la frénésie pour le jeu en streaming est réelle, sa technologie se trouve cependant encore à un stade embryonnaire. Selon les estimations de l’institut de recherche américain IHS Markit, le marché du streaming pourrait être valorisé à 2,5 milliards de dollars d’ici à 2023, soit moins de 2% du marché global des jeux vidéo.

Pour l’instant, le développement au niveau mondial des jeux numérisés bute contre la puissance de débit requise pour la connexion internet, puisque la fibre optique ou la cinquième génération de réseau mobile (5G) sont indispensables pour une utilisation fluide des jeux. Or, le très haut débit n’étant de loin pas déployé partout dans le monde, la partie n’est pas encore vraiment finie pour les consoles.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 

 

 Vers le haut