Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualités«Aucune entreprise ne peut échapper à la migration de son système de paiement»
Version imprimable

«Aucune entreprise ne peut échapper à la migration de son système de paiements»

PME

25.06.2018 , par Marie-Laure Chapatte, conseillère économique

Près de deux entreprises neuchâteloises sur cinq n’ont pas encore achevé leur transition pour se conformer à la nouvelle norme ISO 20022. Christian Debrot, responsable des opérations à la Banque Cantonale Neuchâteloise, les invite à franchir le pas maintenant. 

L’harmonisation du trafic des paiements, avec la mise en œuvre de la norme ISO 20022, c’est pour maintenant. Quelque 60% des clients de la Banque Cantonale Neuchâteloise ont déjà réalisé les adaptations nécessaires, ce qui représente près de 90% du trafic des paiements. Mais pour les 40% de PME restantes, l’urgence pointe, la date butoir étant fixée au 30 juin.
«Souvent, ce travail de migration ne nécessite pas un investissement conséquent, explique Christian Debrot, responsable des opérations à la BCN. Nous sommes toutefois conscients que pour de petites entités, leur cœur d’activités prime sur tout le reste, mais ce passage est incontournable. Aucune entreprise ne va y échapper, alors autant s’y atteler tout de suite et adapter son logiciel comptable.»

Une norme pour tous

Rappelons que l’objectif initial du projet était d’harmoniser les outils utilisés par PostFinance et les banques. Donc de proposer une norme suisse unique pour les paiements compatible avec les standards internationaux. Techniquement, le format de fichier DTA comme standard de transmission des données, utilisé depuis une trentaine d’années, sera abandonné au profit de fichiers xml.
«Si les entreprises utilisent tout le potentiel du nouveau système, elles bénéficieront alors d’un gain de temps, dans la passation des écritures par exemple», poursuit Christian Debrot, qui se réjouit que de grandes entités aient profité de l’occasion pour optimiser leur processus de gestion des paiements.   

Toute la population concernée

Ce projet au long cours se poursuivra l’année prochaine avec l’introduction des QR-Facture et la suppression des bons vieux bulletins de versement, un changement qui touchera les habitudes de l’ensemble de la population. 
Mais ces factures nouvelle génération, plus complètes et pouvant par exemple être créées sur une imprimante standard, ne pourront plus être saisis dans les anciens formats de fichiers DTA. Et comme indiqué en début de papier, ces derniers sont encore utilisés par deux entreprises sur cinq dans le canton de Neuchâtel. «Vu la situation un peu critique, il me paraît clair qu’à un moment donné, nous devrons facturer des frais de manutention à ces sociétés, toujours en les incitant à effectuer leur migration, regrette le responsable des opérations. Pour ces sociétés plane alors le risque de ne plus pouvoir effectuer leurs paiements de manière électronique.

Communications ciblées
On n’en est pas là, des communications ciblées leur sont pour l’heure adressées. «Je reste confiant, car nous mettons tout en œuvre pour les accompagner au mieux», assure Christian Debrot. Ce dernier pourra vraiment souffler en… 2021! A cette date, toutes les étapes de l’harmonisation du trafic des paiements en Suisse devraient avoir été franchies avec succès. 

 En savoir plus sur l'harmonisation du trafic des paiements

 Vers le haut