La BCN Actualites et medias Actualités Rétrospective sur les marchés financiers

Rétrospective sur les marchés financiers

Finance

10.01.2023 , par Vincent Schwery, gérant de fonds

L'année 2022 restera gravée comme l'une des pires de l'histoire des marchés financiers. A l’exception des matières premières, toutes les classes d’actifs terminent l’exercice en territoire négatif. Même les marchés obligataires, censés atténuer les mouvements au sein d’un portefeuille, ont battu des records en terme de contre-performance.

L'an dernier, l’effet de diversification n’a pas fonctionné. En effet, une baisse simultanée des grandes classes d’actifs (actions, obligations, immobilier, or, etc.) est un phénomène extrêmement rare qui a été déclenché par les évènements géopolitiques du début de l’année qui sont venus exacerber des tensions inflationnistes déjà bien présentes.

En résumé, il n’y a pas eu d’endroit où se réfugier face à la masse des interrogations monétaires, politiques, géopolitiques et économiques. Aucune formule miracle n’aurait permis, avec un portefeuille raisonnablement diversifié, de tirer son épingle du jeu. Le goût est amer pour les investisseurs qui subissent des moins-values importantes. Sur l'année écoulée, les actions mondiales ont baissé de 17,8% alors que les actions suisses ont reculé de 15,7%. L’immobilier suisse coté n’a pas mieux résisté à l’hostilité de la tendance et affiche, avec une baisse de 15,9%, sa pire performance depuis le début de sa cotation en 1995. Même l’or, valeur refuge, s’inscrit en diminution de 0,8%. Quant à l’obligataire suisse, il subit la pression de la hausse des taux et recule de 12,1%.

Performance des différentes classes d’actifs en 2022

Performances_2022

Le retour et la persistance de l’inflation à des niveaux élevés ont modifié le contexte global. La lutte contre le renchérissement a pris le pas sur le soutien à la croissance et a provoqué une réponse ferme, inconditionnelle et déterminée des banques centrales. Le changement de ton de ces dernières a provoqué la bascule vers un nouveau paradigme : la fin de l’ère de l’argent gratuit.

Ralentissement économique

Au niveau économique, les coups de rabot sur les perspectives conjoncturelles se sont succédés en 2022 sur fond de hausse de prix des matières premières, de goulets d’étranglement sur les chaînes d’approvisionnement, de pénuries diverses et du resserrement monétaire.

Diversification et prudence pour 2023

En résumé, les marchés s’inquiètent de la forte inflation, du ralentissement de la croissance et de la possibilité que le cycle de resserrement monétaire actuel ne provoque une récession. Si le court terme reste très incertain, l’histoire nous enseigne que les marchés financiers anticipent les éléments futurs. Dans ce sens, les tensions géopolitiques, la hausse des prix, la poursuite du resserrement monétaire et la possible récession sont déjà, en partie, escomptées par les bourses.