Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualités«Les valorisations des actions sont hautes, mais pas extrêmes»
Version imprimable

«Le marché des actions suisses reste bien positionné»

Finance

24.09.2019 , par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

Début septembre, la Banque Cantonale Neuchâteloise a élargi sa gamme de produits «maison» avec le lancement d’un fonds durable en actions suisses. Avec quelles perspectives? Depuis le début de l’année, le SMI est passé de 8’429 points à 10’000 points et le SPI a progressé de 23,4%. Victor Vogt, responsable de l’Asset Management à la BCN, fait le point sur ce marché.

La valorisation des actions est généreuse. Les titres helvétiques disposent-ils encore d’une marge de progression?
Victor Vogt: Effectivement, les valorisations sur les actions sont plus élevées que la moyenne historique, mais il faut regarder cela dans le contexte actuel, notamment des taux d’intérêts en territoire négatif et des nombreuses incertitudes géopolitiques. Ainsi, les investisseurs sont en quête de rendements mais aussi de placements refuge, où le marché suisse des actions est bien positionné. Parce qu’elles paient un dividende très intéressant, les actions restent attractives surtout en comparaison d’autres classes d’actifs.

Le succès des marchés boursiers est donc en partie lié à la déception des autres classes d’actifs, notamment des obligations?
On peut le voir ainsi, mais le contexte actuel reste favorable au marché des actions avec un rapport rendement / risque tout à fait correct. En d’autres termes, les valorisations sont hautes, mais pas extrêmes et surtout tirées vers le haut par les poids lourds du SMI. La prise de risque reste donc mesurée.

Actuellement, où se situe la principale menace?
Dans le recul de la consommation intérieure. Le secteur manufacturier est déjà en récession, alors que les services résistent, soutenus par la consommation, notamment privée. Si les particuliers ne consomment plus, alors les difficultés économiques vont s’accélérer. L’autre menace réside dans l’enlisement des situations géopolitiques (Brexit, conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine, Iran, etc.), en effet ces dossiers ont un impact direct sur la croissance et par conséquent sur les capacités bénéficiaires des entreprises.

Des dizaines et des dizaines de fonds en actions suisses sont disponibles. En quoi le fonds BCN se distingue-t-il des autres?
Par son approche durable et le fait qu’il soit géré par l’Asset Management de la BCN. Ce qui signifie: une équipe très dynamique, réactive et flexible, notamment grâce à une chaîne de décision courte et un processus de gestion éprouvé. Notre fonds est un fonds de convictions qui sélectionne activement certaines sociétés, sans chercher à répliquer le marché. Actuellement, nous investissons par exemple dans des actions telles que Vifor, Siegfried ou Logitech.

 Vers le haut