Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésLes bénéfices s’envolent aux Etats-Unis
Version imprimable

Les bénéfices s’envolent aux Etats-Unis

Finance

17.03.2018 , par Michelle Monnier, conseillère Private Banking

Trois entreprises américaines sur quatre ont surpris en bien au quatrième trimestre 2017.

La croissance des bénéfices trimestriels des entreprises composant l’indice S&P500 a atteint 14,25% par rapport à l’année d’avant, alors que les analystes tablaient sur 10,50%. Les chiffres d’affaires s’inscrivent également en hausse, mais dans une moindre mesure (+7,6%).
Du point de vue des secteurs, les valeurs technologiques ont fait part d’une croissance à deux chiffres de leurs bénéfices pour le 5e trimestre consécutif, grâce notamment aux excellents résultats d’Apple, de Microsoft et de Facebook. Les financières, soutenues par le contexte de hausse graduelle des taux, ont affiché des performances satisfaisantes alors que le secteur de l’énergie a déçu, au premier abord du moins. Car si d’un point de vue global, cette industrie affiche des bénéfices 7% en-dessous des expectatives, ce résultat est essentiellement le fruit des rapports peu convaincants des deux poids lourds de l’indice «S&P500 Energy Sector», soit Exxon Mobil et Chevron. Si l’on en exclut ces deux géants pétroliers, la performance du secteur s’avère robuste avec des sociétés qui publient des profits en moyenne 51% supérieurs aux attentes.
L’année 2017 se boucle donc sur une note très encourageante pour les entreprises américaines, avec des bénéfices en progression annuelle moyenne de 7,1%. Pour 2018, la réforme fiscale aux Etats-Unis a amené les analystes sondés par l’agence Thomson Reuters à relever leurs prévisions de bénéfices. Ils tablent désormais sur une hausse de 16% des profits. Même si ces prévisions paraissent élevées, elles pourraient se révéler encore trop prudentes, notamment en raison des timides anticipations concernant la croissance du PIB américain.
Les Etats-Unis connaissent actuellement le plein-emploi et l’écart entre production potentielle et production réelle s’est désormais resserré. La progression de l’emploi et la remontée des salaires vont probablement soutenir la consommation qui, conjuguée à l’accélération des investissements, devrait permettre à l’économie Outre-Atlantique de passer à la vitesse supérieure. 

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut