Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualités«Le relèvement du plafond de cautionnement profitera pleinement à Neuchâtel»
Version imprimable

«Le relèvement du plafond de cautionnement profitera pleinement à Neuchâtel»

PME

08.11.2018 , par Marie-Laure Chapatte, responsable Communication & Pôle économique

Le profil des entreprises romandes cautionnées a changé au fil des ans. Christian Wenger, directeur de Cautionnement romand, détaille cette évolution. Et celle à venir, à savoir la possibilité d’intervenir pour un montant d’un million de francs, contre 500'000 actuellement. Entretien.

Onze ans que la coopérative Cautionnement romand a été créée. Répond-elle toujours à un réel besoin?
Christian Wenger: Elle y répond même de plus en plus au regard des volumes qui augmentent (+22% en moyenne, chaque année). Avant 2007, il y avait une coopérative par canton. Aujourd’hui, une seule en Suisse romande, ce qui est plus pratique pour nos indispensables et précieux partenaires bancaires. Nous gardons toutefois une présence physique dans chaque canton, ce qui plaît aux entreprises.

Pouvez-vous nous décrire l’entreprise type qui fait appel à vos services?
Cette typologie a évolué au fil des ans. Les entreprises cautionnées sont devenues un peu plus grandes et comptent en moyenne une dizaine de collaborateurs maintenant. Certaines ont même plus de 100 collaborateurs. Si, au 20e siècle, nous soutenions essentiellement des entreprises issues de l’artisanat, du commerce et de la restauration, aujourd’hui, ce sont les PME de tous les secteurs d’activités, hormis l'agriculture. Les transmissions d’entreprises cautionnées sont devenues bien plus nombreuses qu’autrefois et représentent désormais un quart de notre activité. Enfin, nous aidons également des start-up pour le financement de la commercialisation ou la finalisation d’un prototype, ce que nous ne faisions pas il y a dix ans.

Pour l’heure, Cautionnement romand ne peut s’engager que jusqu’à un montant de crédit maximum de CHF 500'000.- Plusieurs étapes, y compris au Parlement fédéral, ont déjà été franchies pour relever ce plafond. Alors, à quand le projet à un million de francs cautionné?
Il ne reste qu’une étape, à savoir le Conseil des Etats. C’est vraiment une excellente nouvelle, même si le processus a été long depuis le dépôt de la motion du conseiller aux Etats Raphaël Comte. Ce nouveau plafond entrera en vigueur le 1er janvier 2020 au plus tard. Un million de francs permettra de satisfaire un plus grand nombre de PME particulièrement pour les projets de développement ou construction d’usine ou lors des cas de transmissions, où les valeurs des entreprises peuvent vite prendre l’ascenseur en fonction des actifs. Nous ne devrions pas avoir d’opération de cette envergure financière tous les jours, mais plutôt des montants entre 600’000 et 700'000.-. Ce changement devrait faire croître nos volumes de 10 à 20% environ.  

Quelle place a Neuchâtel dans la constellation du cautionnement romand?
Une place très importante puisque, lors des cinq dernières années, une moyenne de 4,9 millions de francs de nouveaux cautionnements ont été accordés en faveur de 22 PME. Cela concerne directement 153 emplois et des projets évalués à 12 millions de francs. Les entreprises cautionnées à Neuchâtel sont celles qui augmentent leur effectif le plus puisque ces PME ont communiqué qu’elles prévoyaient une progression de leur effectif de 67%, soit 103 emplois, chaque année! C’est énorme, deux fois plus que les autres cantons. Le relèvement du plafond devrait bénéficier particulièrement à Neuchâtel et à l’Arc jurassien en général, où l’industrie manufacturière est importante et où les investissements s’avèrent vite conséquents, notamment lors d’une transmission.

 Vers le haut