Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésLa PPE est devenue un objet d'investissement
Version imprimable

La PPE est devenue un objet d'investissement

Economie

13.04.2018 , par Marie-Laure Chapatte, conseillère économique

De plus en plus d’appartements en propriété par étage (PPE) sont achetés dans une perspective d’investissement dans le canton. Voilà ce que nous écrivions il y a un peu plus d’une année dans cette même chronique. Mais au-delà des impressions, issues des discussions menées autour des projets et de leur financement, comment «mesurer» cette tendance?

Une étude menée avec Wüest Partner montre que depuis 2014, les prix des PPE augmentent plus vite que les loyers d’appartements.

La récente étude «Le marché immobilier neuchâtelois 2018» réalisée en partenariat avec Wüest Partner permet un éclairage nouveau. Rappelons tout d’abord que les taux de logements locatifs vacants ont dépassé leur moyenne de long terme, avec un bond particulièrement marqué en 2017. Le taux de l’offre permet ensuite de mesurer la disponibilité des logements sur le marché. Et ici, la hausse marquée du taux de l’offre d’appartements en location a été accompagnée d’un recul du taux de l’offre des PPE. La tendance pour le canton est beaucoup plus marquée que pour la Suisse.

Traduction: à Neuchâtel, le marché de la propriété à usage propre se déplace vers celui de l’investissement. En effet, la construction de locatifs ces dernières années a été accompagnée de l’investissement par des institutionnels, des professionnels et des particuliers dans des appartements PPE dans la perspective d’une location de leur bien à des tiers.

Les prix augmentent plus vite que les loyers

Un indicateur permet de voir les points de rupture d’équilibre. Il s’agit du rapport entre l’évolution des prix, des logements en propriété d’un côté, et des loyers des appartements  d’un autre côté. Pendant des années, les taux de croissance ont connu peu de divergence et ce rapport est resté dans sa zone d’équilibre – autour de 1. Mais depuis 2014, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous, l’écart se creuse : les prix des PPE augmentent beaucoup plus vite que les loyers.

Actuellement, si les prix des loyers des appartements en location progressaient de 1%, ceux des appartements en PPE grimperaient de 6%! Ces chiffres témoignent d’un déséquilibre sur le marché, initié tant par la construction d’immeubles de rendement que de locations de PPE pour lesquelles le propriétaire n’entend pas y habiter lui-même.

Besoin d'investir

La dynamique de la PPE semble donc davantage répondre à un besoin d’investissement qu’à de propres besoins, dans un contexte de demande supplémentaire de surfaces résidentielles quasi inexistantes dans le canton, notamment en raison d’une démographie atone en 2017.

Le segment locatif devient ainsi plus liquide et l’augmentation du taux de vacance des logements locatifs impacte sensiblement le marché des petits investisseurs. En effet, une hausse de taux pourrait, à l’avenir encore, diminuer la rentabilité des logements devenus plus difficiles à louer. Mais gageons que la reprise économique, et la création d’emplois liée, embellira ce tableau immobilier en soutenant la demande de logements locatifs ces prochains mois. 

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 

 

 Vers le haut