Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésLa BCN présente son étude immobilière en direct du SINE
Version imprimable

Maintien des prix des villas et des PPE sur Neuchâtel en 2019

Economie

30.04.2019

La Banque Cantonale Neuchâteloise a dévoilé sa troisième étude sur le marché immobilier. Principal enseignement: l’atterrissage en douceur des prix, que ce soit pour les villas ou pour les PPE, s’est poursuivi sur le canton de Neuchâtel, à un rythme plus rassurant qu’inquiétant.

Réalisée par le cabinet Wüest Partner, la publication «Le marché immobilier neuchâtelois 2019» permet de mesurer l’évolution des prix durant les dix dernières années au travers de quatre indices (villas, PPE, immeubles de rendement et appartements en location) et de six régions (Entre-deux-Lacs, La Chaux-de-Fonds, Le Locle, Littoral, Val-de-Ruz et Val-de-Travers). 

Vigilance de mise
Alors que le prix des villas a progressé de 3,4% en Suisse l’an dernier, Neuchâtel a connu une quasi stabilité avec une hausse annuelle de l’indice des prix de transaction de 0,6%. En moyenne cantonale, une villa type s’est échangée à CHF 1,08 million en 2018, contre
CHF 1,34 au niveau helvétique. Pour acquérir un appartement en PPE, un ménage neuchâtelois a dû dépenser en moyenne CHF 724'000, de fortes disparités régionales subsistant (de CHF 490'000 au Locle à CHF 896'000 sur le Littoral).

Pour ces deux types d’objet, une certaine stabilité de l’offre et de la demande devrait permettre aux prix de se maintenir en 2019, l’accès à la propriété étant toujours soutenu par la politique de taux bas menée par la Banque Nationale Suisse. La vigilance est toutefois de mise. En effet, la progression du taux de vacance oblige les acteurs de l’immobilier à rester attentifs, même si la problématique neuchâteloise réside davantage dans l’absence d’impulsion démographique que dans une activité de construction trop soutenue.

Recul des loyers
Ainsi, avec un taux de logements inoccupés excédant 2%, le canton de Neuchâtel a franchi le seuil de pénurie. Cette offre excédentaire a entraîné un recul de l’indice des loyers des appartements de 2% en 2018. En raison de l’évolution démographique dans le canton, limitant la demande supplémentaire de logements locatifs, les loyers des appartements devraient continuer de baisser en 2019. Les propriétaires d’immeubles devraient toutefois pouvoir maintenir la valorisation de leur bien, à condition que ce dernier n’accumule pas les logements vides.

 

 Consulter l'étude sur le marché immobilier neuchâtelois 2019

 

 Vers le haut