La BCN Actualites et medias Actualités Deux facteurs expliquent le repli des Bourses 

Deux facteurs expliquent le repli des Bourses 

Finance

24.05.2022 , par Dino Saric, conseiller Private Banking

Les bourses mondiales connaissent un fort repli depuis quelques semaines. Le SMI a cédé 6,6% jusqu’à présent en mai. Les responsables de cette dépréciation des actifs financiers?

Premièrement l’inflation, qui continue d’augmenter en rythme annualisé.  Les causes de cette montée des prix généralisée sont multiples. Il y a d’abord eu les goulets d’étranglements liés à la crise sanitaire qui ont fortement perturbé l’approvisionnement en matières premières et la capacité de production des entreprises. S’est ensuivie une forte demande de la part des consommateurs à mesure que le monde se déconfinait.

Enfin, un marché du travail en pleine santé contribue au renchérissement, dans la mesure où les entreprises ont du mal à embaucher et doivent par conséquent offrir des salaires plus élevés pour attirer les demandeurs d’emploi.

Marges grignotées

Dans ce contexte, à moins que les sociétés arrivent à améliorer leurs ventes, ces hausses de coûts rognent leurs marges opérationnelles et réduisent leurs bénéfices nets.
Le deuxième motif de la correction sévère des bourses réside dans le niveau de valorisation élevée des sociétés. En effet, lorsque l’inflation est élevée, les investisseurs ne sont plus disposés à payer autant de prime par rapport au bénéfice, la qualité des résultats se dégradant. De fait, les entreprises peuvent vendre leurs produits plus cher non pas grâce à une forte croissance économique et à une demande élevée mais simplement à la faveur de l’inflation. En conséquence le ratio coût-bénéfice baisse.

Pic d'inflation atteint?

Dans le rayon des bonnes nouvelles, on notera tout de même que les attentes inflationnistes semblent avoir atteint un pic. Si elles se confirment, cela devrait à terme réduire la pression sur les banques centrales et ainsi limiter les hausses futures des taux d’intérêts. Enfin, la probabilité d’une récession mondiale sur les douze prochains moins est relativement modérée, ce qui devrait augurer à minima une stabilisation des bourses à court terme.

Une version de cet article est parue dans Arcinfo. 

 Vers le haut