Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésCoup de froid sur la conjoncture et les actions
Version imprimable

Coup de froid sur la conjoncture et les actions

Finance

11.12.2018 , par Olivier Nicolet, conseiller Private Banking

L'économie mondiale montre des signes de fatigue tandis que les marchés boursiers sont fébriles. Ces dernières semaines, le scepticisme des investisseurs quant à l’évolution de la conjoncture a entraîné des chutes de cours, parfois sévères, sur les marchés d’actions.

En quelques mois, certains indicateurs se sont dégradés dans plusieurs régions et laissent désormais entrevoir une croissance économique mondiale moins soutenue dès l’année prochaine.

En zone euro, la progression de 0,2% entre juillet et septembre a été la plus faible des quatre dernières années. Au Japon, des catastrophes naturelles majeures ont en partie pénalisé le PIB relatif au 3e trimestre (-1,2%). Sur les marchés émergents, les indicateurs économiques sont très disparates. Si en Chine par exemple la progression du PIB a affiché une hausse de «seulement» 6,5% au 3e trimestre de 2018, la croissance en Inde s'est au contraire renforcée. Globalement, toutefois, les forces de croissance sur les marchés émergents se sont affaiblies.

Incertitudes politiques

Ces craintes relatives à la santé conjoncturelle mondiale s'accompagnent d'incertitudes politiques, qui pourraient encore freiner l’économie. Ainsi, le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine catalyse la majeure partie des craintes. L’OCDE redoute que la mise en place de droits de douane américains dissuasifs sur toutes les importations chinoises fasse chuter de 0,5% la croissance mondiale les deux prochaines années. Par ailleurs, deux autres inconnues en Europe pèsent sur la confiance des investisseurs: le vote au Parlement britannique sur l’accord concernant le Brexit ce jour et la proposition de budget italien controversée pour 2019.

Mais toujours selon les récentes estimations de l’institution, il n’est pas certain que le coup de froid se transforme en grippe: «L’économie mondiale paraît prête pour un atterrissage en douceur, avec une croissance du PIB mondial qui devrait passer de 3,7% en 2018 à 3,5% en 2019-20.»

Une version de cet article est parue dans Arcinfo.

 Vers le haut