Afin de rendre votre visite plus agréable, le site www.bcn.ch utilise des cookies.
En consultant notre site, vous acceptez nos cookies. Évidemment, vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment.

En savoir plus sur les cookies OK, continuer

La BCNActualités et médiasActualitésPIB romand: rebond de croissance en 2016
Version imprimable

PIB romand: rebond de croissance en 2016

18.05.2016

Les six banques cantonales romandes publient ce jour la 9e étude du PIB romand, en collaboration avec l’Institut CREA et le Forum des 100 de L’Hebdo. Cette étude prévoit une amélioration pour 2016 après une croissance modeste de 0,9% enregistrée en 2015, année marquée par l’abandon du cours plancher de l’euro par rapport au franc.

L’appréciation du franc après l’abandon du cours plancher de l’euro aura coûté 1,3 point de pourcentage de croissance à la Suisse romande en 2015. Sans cela, son produit intérieur brut (PIB) aurait progressé de 2,2%, au lieu de 0,9%, selon les estimations du CREA, publiées dans la nouvelle étude sur le PIB romand.

La région a bénéficié de sa diversification et de la robustesse de son tissu économique, d’un léger affaiblissement du franc en cours d’année, d’une économie américaine relativement robuste et de la lente reprise de la zone euro.

Cette année et l’an prochain, les effets de l’appréciation du franc pourraient continuer de s’estomper et l’économie mondiale s’améliorer. L’Institut CREA prévoit donc une hausse du PIB romand de 1,4% en 2016 et de 2,0% en 2017. Des prévisions à considérer avec prudence toutefois en regard des incertitudes actuelles (Brexit, ralentissement en Chine, tensions géopolitiques) et de l’évolution du cours du franc difficile à anticiper.

Pendulaires et frontaliers : quel impact sur le PIB?

Le nouveau rapport du PIB met également en exergue l’impact des travailleurs pendulaires et frontaliers sur l’économie romande (étude réalisée en 2013). Il révèle que, dans le canton de Neuchâtel, la contribution de ces travailleurs à la création de valeur s’élève à 21%. La part varie toutefois d’une branche à l’autre.

Consulter le communiqué de presse

Consulter le rapport complet

 

 Vers le haut